BonLook voit autrement et éblouit le marché de la lunetterie en misant sur l’omnicanal

4 minutes de lecture

Boutique en ligne ou magasin physique? Avant de prendre une décision, voyez quelles sont les tendances de la vente au détail au Canada.

L’avenir de la vente au détail au Canada

Ce à quoi l’avenir de la vente au détail va ressembler au Canada? Il sera certainement influencé par la vente en ligne.

Un essor bien visible

Si l’on s’attend à ce que le volume de ventes en ligne augmente de 21,1 % cette année, celui des ventes au détail pourrait ne croître que de 3,1 %1. Voyant cet essor comme le signe que l’avenir du commerce sera en ligne, bien des marchands décident de consacrer leurs efforts et leur budget au cybercommerce. D’autres choisissent plutôt de diversifier leurs activités et investissent dans des stratégies omnicanal.

La vente au détail domine toujours

Si un boom du magasinage en ligne est indéniable, il faut savoir que la croissance de 3,1 % de la vente au détail représente 495 milliards de dollars, alors que celle de 21,1 % de la vente en ligne ne représente que 49 milliards. Le bon vieux magasinage en boutique domine donc toujours autant au pays et ça ne risque pas de changer de sitôt.

Le succès omnicanal de BonLook

Vous ne savez toujours pas si vous voulez vendre en ligne ou avoir pignon sur rue? L’histoire de BonLook pourrait vous inspirer. L’entreprise a su se tailler une place enviable sur le marché après un lancement au ralenti. Voici pourquoi elle connaît aujourd’hui autant de succès.

Elle a vu autrement

Avec 32 points de vente à l’échelle du Canada et une boutique en ligne courue, BonLook est promise à un bel avenir, qu’elle doit à sa stratégie omnicanal. Pourtant, rien ne laisse envisager un tel succès au départ, alors que l’entreprise, établie seulement sur le Web, survit difficilement.

À l’époque, Sophie Boulanger, étudie en gestion de la mode. Un projet de maîtrise l’envoie à Milan chez Luxottica, un géant de la lunetterie. Les marges gourmandes ajoutées au prix de revient des montures et lentilles la choquent. Il est temps de voir autrement. En 2011, elle et son frère Louis-Félix se lancent en affaires avec l’appui financier de la famille et d’amis.

L’intérieur d’une boutique BonLook.

L’intérieur d’une boutique BonLook.

BonLook, un concept jusque-là inédit dans le marché de la lunetterie, voit le jour. Plutôt que de proposer des lunettes griffées, l’entreprise décide de vendre ses propres produits, créés et fabriqués par ses équipes. Puisqu’elle ne passe par aucun intermédiaire, elle parvient à offrir des montures à prix imbattables. Un modèle d’affaires audacieux… Et un pari risqué : les consommateurs aimeraient-ils cette nouvelle façon d’acheter des lunettes?

Le magazine Du monde en ligne jusqu’à vous : des idées et des ressources, livrées à votre porte!

S’abonner

Elle a ciblé le bon public

Qui dit nouveau concept, dit clientèle ouverte d’esprit. Les Boulanger décident donc de concentrer leurs efforts d’acquisition sur les jeunes adultes, des consommateurs ouverts au mode d’achat en ligne et intéressés par des produits de grande qualité à prix abordables.

BonLook profite d’abord d’un bouche-à-oreille, puis collabore avec des personnalités pour stimuler ses ventes. « Ces influenceurs sont la clé de voûte de notre stratégie marketing. », affirme Mme Boulanger.

View this post on Instagram

A post shared by BonLook (@bonlook) on

Elle a créé une bonne politique de retour

BonLook facilite la vie à ses clients en leur offrant une politique de retour flexible dès le départ. « L’idée était d’éliminer l’incertitude en disant aux clients que si l’article commandé ne convenait pas, il n’avait qu’à nous le retourner, à nos frais », explique M. Boulanger.

Elle s’est adaptée

Malgré la volonté de BonLook d’offrir une expérience conviviale, sa croissance reste poussive. Les Boulanger soupçonnent que cela est sans doute dû à l’habitude d’essayer avant d’acheter. Après tout, les lunettes sont un accessoire très personnel. En 2014, l’entreprise décide donc d’organiser des soirées de magasinage à son bureau montréalais en en faisant la promotion sur Facebook. Les résultats sont concluants et les recettes enregistrées, surprenantes.

Elle a mis à l’essai une stratégie omnicanal

Inspirée par le succès de ses soirées de magasinage, BonLook décide de revoir sa stratégie de distribution en ouvrant une boutique dans un centre commercial du coin, puis deux, et trois…

View this post on Instagram

A post shared by BonLook (@bonlook) on

BonLook évolue rapidement entre le monde physique et numérique; l’entreprise compte maintenant 32 points de vente au Canada et 10 autres succursales devraient ouvrir bientôt.

« La stratégie omnicanal est idéale pour élargir notre marché. Elle nous permet de joindre notre clientèle en ligne, en boutique ou une combinaison des deux. Les colis sont confiés à Postes Canada, le seul partenaire capable de soutenir l’expérience d’achat en ligne », souligne M. Boulanger. Les clients de BonLook peuvent demander l’expédition du colis à domicile ou à un bureau de poste local.

Pas moins de 15 points de vente ont été ouverts rien que dans les 12 derniers mois. La machine est officiellement lancée. Ce qu’il faut retenir de ce parcours inspirant? Dans un secteur qui bouge aussi rapidement, une entreprise doit pouvoir s’adapter. Et elle ne doit surtout pas hésiter à jouer sur tous les canaux.

Sources :
1 eMarketer. Retail & E-commerce Sales, North America, mai 2019. (En anglais seulement)

Nous sommes là pour vous aider

Vous voulez prospérer en ligne? Communiquez avec un représentant de Postes Canada.

Communiquer avec nous