Comment Postes Canada aide Oatbox à être présente dans les cuisines américaines

5 minutes de lecture

Vous trouvez l’expédition outre-frontière intimidante? Eh bien, sachez que beaucoup d’autres entreprises en pleine expansion pensent comme vous. Que ce soit pour éviter de débourser des frais, de composer avec différentes devises ou de devoir faire traduire leurs sites en plusieurs langues, de nombreuses marques canadiennes hésitent à se lancer. Il faut dire que ces défis semblent grands quand on veut percer un nouveau marché. Mais les audacieux qui osent faire le saut pourraient être largement récompensés.

Oatbox, une entreprise montréalaise de vente par abonnement, offre des déjeuners sains aux gens occupés qui veulent bien manger. Quand l’occasion de prospérer à l’étranger se présente, il lui est impensable de la laisser filer. Elle décide donc de miser le tout pour le tout et de relever le défi de l’expansion outre-frontière en travaillant avec Postes Canada.

Voici comment Oatbox est parvenue à percer le marché américain grâce à un partenariat gagnant qui lui a fait économiser gros sur les frais d’expédition et qui lui a permis de satisfaire ses abonnés aux États-Unis.

Une niche parfaite

Oatbox voit le jour pour la même raison que la plupart des jeunes entreprises : combler un besoin du marché en lui offrant une solution pratique. Bien que les nutritionnistes conviennent que le déjeuner est le repas le plus important de la journée, la moitié des Nord-Américains le négligent chaque jour. Marc-Antoine Bovet, fondateur d’Oatbox et entrepreneur occupé, n’a pas besoin de comprendre pourquoi autant de gens sautent ce repas parce que faute de temps, il s’en prive lui-même. Avec ses partenaires, il décide donc d’occuper cette niche en trouvant un moyen de servir son client idéal : celui qui néglige le déjeuner.

Avant de lancer Oatbox, M. Bovet possède déjà de solides connaissances en vente en ligne. Quelques années plus tôt, il fonde Golf Avenue, une entreprise qui devient l’un des plus grands détaillants d’équipements de golf usagés au monde. Pour s’attaquer au marché des déjeuners avec Oatbox, les quatre associés choisissent un modèle d’abonnement en ligne qui s’adresse directement aux consommateurs. En supprimant le réseau de distribution, ils proposent des prix abordables aux clients qui succombent à la gourmandise et en redemandent le mois suivant.

Qualité supérieure, prix abordable

À sa création en 2014, Oatbox concentre ses efforts sur un seul produit : le granola. Moyennant un coût mensuel de 20 $, frais d’expédition et taxes compris, les abonnés reçoivent deux sacs de granola. De quoi composer de 16 à 20 déjeuners. Mais on est loin de l’offre traditionnelle. L’entreprise se démarque grâce à ses mélanges de framboise et de chocolat blanc, ou de bleuets sauvages et noix de coco. La recette pour attirer les clients et les convaincre de s’abonner?

  • Des produits savoureux
  • Des ingrédients de qualité supérieure et biologiques, pour la plupart
  • Un emballage simple et soigné
  • Un système de commande en ligne convivial
  • Un service de livraison rapide par Postes Canada

Et avec des mélanges sans gluten, sans noix ou cachères, Oatbox s’assure de plaire au plus grand nombre.

Une fois sa clientèle constituée, l’entreprise élargit sa gamme de produits en offrant plus de saveurs de granolas, des mélanges de gruau instantané ou de flocons d’avoine pour les amateurs de déjeuners chauds, des barres hautement protéinées et prêtes à manger pour les plus pressés, et du café – la boisson chouchou du matin.

« Nos clients sont de jeunes professionnels, des mères, des familles. Bref, des gens qui se soucient de prendre un déjeuner santé, précise M. Bovet. Pas question de sauter le déjeuner, puisqu’il peut être livré à leur porte. »

Marc-Antoine BovetPrésidentOatbox

L’opération de charme se poursuit auprès des professionnels : Oatbox livre maintenant ses déjeuners dans une quarantaine de bureaux à Montréal.

« Chaque portion coûte environ un dollar. Savoir que vos employés commencent la journée bien alimentés, capables de se concentrer au travail au lieu de rêver au lunch dès 10 h, ça n’a pas de prix. Ils avalent ainsi un déjeuner santé, bien plus nutritifs qu’un croissant ou un beigne, continue M. Bovet. Nous avons même appris que des personnes arrivent plus tôt au bureau pour savourer un de nos mélanges. Nous en sommes vraiment fiers. »

Vous voulez vendre à l’étranger? Postes Canada peut vous aider à prospérer au-delà des frontières.

Parler à un expert

Miser sur la croissance

Quatre ans après une implantation réussie au Canada, il est temps d’explorer le potentiel qui se trouve au-delà des frontières. Puisque la marque envoie déjà 20 % de ses produits aux États-Unis, elle s’intéresse stratégiquement à ce territoire.

« C’est un marché énorme, dix fois plus grand que celui du Canada, explique M. Bovet. On a choisi de ne cibler que certaines villes américaines parce qu’on veut y créer le même engouement qu’ici. »

Le bon partenaire

Tout détaillant en ligne en quête d’un succès durable doit pouvoir compter sur un partenaire d’expédition fiable… surtout les entreprises de vente par abonnement qui envoient régulièrement des colis.

Pour percer le marché américain, Oatbox se tourne à nouveau vers son expéditeur de confiance : Postes Canada. Ensemble, ils élaborent une stratégie d’expédition internationale qui permet à l’entreprise de profiter de tarifs prévisibles et abordables. Postes Canada lui conseille aussi de limiter l’offre à deux formats de boîtes. Cela facilite l’estimation des coûts d’expédition et assure à Oatbox un tarif fixe pour les commandes à destination des États-Unis.

« Quand on fait nos prévisions financières, ça nous simplifie la vie de savoir combien nous paierons pour la livraison des commandes. On a l’esprit tranquille en sachant qu’expédier une boîte vers un village isolé de l’Ohio nous coûtera le même prix qu’un envoi vers San Francisco. » 

Les liens sont aujourd’hui très solides entre Oatbox et Postes Canada. L’équipe d’experts de Postes Canada aide M. Bovet et ses associés à faire prospérer et rayonner la jeune pousse d’une façon qu’ils n’auraient pas osé imaginer.

« [Postes Canada] n’est pas qu’un transporteur pour nous. C’est notre partenaire. Si on a une idée, on la lui présente et elle est toujours ouverte. On travaille avec des gens super qui comprennent les entrepreneurs et sont là pour les aider. »

Une recette gagnante

Bien qu’elle préfère garder secret son nombre d’abonnés, l’entreprise révèle connaître beaucoup de succès aux États-Unis. Selon M. Bovet, ses ventes mensuelles ont augmenté de 15 % au cours des trois premiers trimestres de 2018 et il prévoit que cette croissance va se poursuivre. L’année 2019 s’annonce prometteuse.

Un plan d’expansion judicieux et l’aide d’un transporteur fiable comme Postes Canada… Voilà ce qu’il faut pour percer les marchés étrangers et prospérer au-delà des frontières.

L’inspiration à votre portée

Articles utiles, offres, invitations : ne manquez plus rien grâce à notre bulletin électronique!

S’abonner