Le pouvoir des femmes propriétaires et chefs de PME

10 minutes de lecture

Les résultats sont éloquents : nous avons besoin de plus d’entrepreneures. Les femmes font d’excellentes meneuses, elles ont un don pour l’innovation et elles aident les entreprises à croître et à prospérer, qu’elles soient à la barre même de l’entreprise ou dans un poste de direction.

Le gouvernement canadien a finalement reconnu lui aussi la nécessité d’avoir plus de femmes propriétaires et chefs d’entreprise. C’est pourquoi il s’est engagé à investir beaucoup d’argent pour améliorer la parité hommes-femmes dans la main d’œuvre, les jeunes entreprises et le monde des affaires.

En 2018, le gouvernement a promis d’investir 105 millions de dollars dans les agences de développement régional qui appuient le financement d’entreprises dirigées par des femmes. Il s’est aussi engagé à débloquer 1,4 milliard de dollars au cours des 3 prochaines années pour financer des entrepreneures par l’intermédiaire de la Banque de développement du Canada.

Pourquoi il est capital d’avoir des entrepreneures et des dirigeantes d’entreprise

Voici quelques-unes des raisons pour lesquelles il est crucial d’avoir des femmes à des postes de direction et en entrepreneuriat :

Les femmes ont l’esprit novateur

Le changement est salutaire dans presque toutes les industries. L’innovation technique et la pensée novatrice stimulent le changement sur tous les plans, et les entreprises détenues par des femmes sont plus susceptibles d’innover que celles appartenant à des hommes.

Selon le gouvernement du Canada, en 2011, les PME détenues principalement par des femmes étaient plus enclines (39,5 %) à se livrer à des activités d’innovation que les PME détenues majoritairement par des hommes (37,0 %). De plus, les PME détenues majoritairement par des femmes menaient davantage d’activités d’innovation de produit par rapport aux autres catégories d’innovation et aux autres PME.

Les équipes dirigées par des femmes sont plus heureuses

Y a-t-il meilleur indicateur de la bonne gestion d’une entreprise que la satisfaction des employés? Une étude de Payscale et Refin a révélé que les hommes comme les femmes semblaient plus heureux quand ils travaillaient pour des entreprises essentiellement dirigées par des femmes. Parmi les entreprises qu’ils ont observées, 18 % plus d’hommes et 18 % plus de femmes ont exprimé une extrême satisfaction au travail dans des entreprises principalement gérées par des femmes par rapport à des entreprises avec peu de femmes à la direction. Le roulement de personnel était également moindre dans les milieux de travail gérés par des femmes. Il y avait 12 % moins d’employés masculins qui ont quitté les entreprises gérées par des femmes pour occuper de nouveaux postes comparativement aux milieux de travail gérés par des hommes, et 11 % moins de femmes qui ont quitté les entreprises majoritairement dirigées par des femmes comparativement à des entreprises gérées par des hommes.

Une entreprise qui veut prospérer ne doit pas négliger la satisfaction de ses employés.

Le recrutement et la formation de nouveaux employés coûtent cher : de 20 000 à 30 000 dollars pour recruter et former un seul employé qui gagnera environ 40 000 dollars par an. La satisfaction et la rétention des employés sont cruciales, et la clé pour garder le personnel pourrait bien être d’avoir des femmes à la direction.

Source: rentrockrepeat (en anglais seulement)

Les entreprises détenues par des femmes connaissent une croissance accrue

Quand une entreprise appartient à une femme, son taux de croissance est plus élevé, et il est généralement plus probable qu’elle connaisse une croissance.

Un rapport commandé par American Express en 2014 a révélé que les entreprises appartenant à des femmes avaient connu d’une croissance moyenne d’environ 72,3 % entre 1997 et 2014, par rapport à une croissance de 41,5 % pour les entreprises détenues par des hommes.

On ne connaît pas avec certitude les raisons de cet écart, mais une partie de l’explication pourrait tenir au fait que les entreprises détenues par des femmes sont plus axées sur la croissance. Un sondage effectué par BizWomen (en anglais) auprès de 1 366 propriétaires d’entreprises a montré que 32 % des entreprises détenues par des femmes sont activement en phase d’expansion, contre seulement 27 % des entreprises appartenant à des hommes.

Plus de femmes sont des entrepreneures en série

Il semble qu’il y ait davantage de femmes mues par la volonté de démarrer plusieurs entreprises. Une étude du Centre for Entrepreneurs (en anglais) qui portait sur 400 entrepreneurs et cadres supérieurs a montré que près de la moitié des femmes interrogées avait l’intention de démarrer une autre entreprise dans les trois ans comparativement à seulement 18 % des hommes.

Les entreprises détenues par des femmes jouissent d’un meilleur RCI

Si l’on se base sur le rendement du capital investi (RCI) – un facteur déterminant pour toute entreprise – il semble que les jeunes entreprises fondées par au moins une femme sont plus performantes que celles qui ne comptent aucune femme parmi leurs fondateurs.

La société de capital de risque de démarrage First Round (en anglais) a analysé 10 années de données d’investissement. Son étude portait sur 300 entreprises et près de 600 fondateurs et cofondateurs. L’objectif était de déterminer les caractéristiques des entrepreneurs prospères.

La société a notamment découvert que ses investissements dans des entreprises comptant au moins une femme parmi les fondateurs avaient donné de meilleurs résultats que ceux dans des entreprises fondées uniquement par des hommes.

Et l’écart était énorme. Les entreprises créées par au moins une femme avaient un rendement 63 % supérieur à celui des entreprises dont tous les fondateurs étaient des hommes.

Les entreprises dirigées par des femmes réussissent mieux

Plus il y a de femmes à la tête d’une entreprise, mieux c’est. Une étude menée par Dow Jones VentureSource (en anglais) a suivi plus de 20 000 entreprises américaines financées par du capital de risque entre 1997 et 2011. Elle avait pour objectif d’analyser l’influence des femmes créatrices et cadres supérieures dans la réussite des jeunes entreprises.

La réussite d’une entreprise se mesurait au fait qu’elle était rentable au moment de l’étude ou qu’elle avait été acquise pour une valeur supérieure à son investissement total en capital de risque. Les entreprises qui avaient bénéficié d’un premier appel public à l’épargne, ou qui étaient en voie d’inscription à la bourse au moment de la publication du rapport, étaient également considérées comme très prospères.

L’étude a montré que les entreprises qui comptaient trois ou quatre femmes à la direction avaient des taux de réussite supérieurs à ceux des entreprises qui n’en avaient qu’une ou deux. Elle a aussi révélé que les jeunes entreprises avec au moins 5 femmes à la direction avaient le plus haut taux de réussite, soit 61 %.

Source: partyskirts (en anglais seulement)

Les entreprises dirigées par des femmes ont une longévité plus grande

Un autre indicateur clé de la réussite d’une entreprise est sa longévité. Une entreprise feu de paille peut bien entendu être prospère, mais elle l’est surtout pour ses investisseurs et ses fondateurs quand ils cèdent leurs parts. Par contre, une entreprise qui croît lentement mais sûrement contribue davantage à l’économie. Elle est susceptible de créer plus d’emplois et de rapporter plus d’argent au pays au fil du temps grâce aux impôts qu’elle paie, à l’utilisation d’installations locales, à l’achat régulier de fournitures et de ressources, à la vente de ses produits, etc.

Selon Sarah Fink, responsable de la recherche au Centre for Entrepreneurs aux États-Unis, si les décideurs veulent voir davantage d’entreprises prospérer et durer, ils doivent encourager l’entrepreneuriat féminin.

« Les entrepreneures chercheront davantage à atteindre une croissance rentable et contrôlée et ne manifesteront que peu d’intérêt à se positionner elles-mêmes en vue d’une sortie lucrative de l’entreprise », affirme Mme Fink.

Mme Fink constate également que les entreprises dirigées par des femmes ont tendance à utiliser leurs profits d’une manière plus productive. « Elles préfèrent souvent réinvestir les profits de l’entreprise en capitaux propres pour assurer une croissance durable. »

John Winter, directeur général des services aux entreprises de la banque Barclays, est du même avis. « À mesure que les femmes font le choix de l’entrepreneuriat, elles lancent différentes cultures d’entreprise et différents modèles de croissance entrepreneuriale », déclare-t-il.

Les femmes ont un point de vue différent sur la croissance

La plupart des entrepreneurs, hommes ou femmes, disent vouloir faire croître leur entreprise dans les 5 prochaines années (82 % et 83 % respectivement). Toutefois, leurs points de vue diffèrent quant au type de croissance visée.

Une nouvelle recherche suggère que les femmes sont plus enclines à réinvestir les profits de l’entreprise pour générer une croissance stable et rentable, tandis que les hommes sont plus susceptibles de viser une croissance accélérée, peut-être stimulée par des placements en actions, et un retrait plus rapide de l’entreprise.

Source: covergalls (en anglais seulement)

Les femmes sont de hautes dirigeantes plus efficaces

De nouvelles recherches de la Harvard Business Review (en anglais) ont révélé que les femmes sont des leaders plus efficaces que les hommes dans tous les postes à responsabilité. L’écart se rétrécit toutefois « chaque fois qu’on descend d’un échelon dans l’organisation ».

L’écart salarial est moindre avec des femmes à la barre 

Il existe bel et bien un écart de rémunération entre les sexes, et c’est très inquiétant. Avoir plus de femmes à la direction pourrait être la solution à ce problème persistant. Une nouvelle étude de Payscale et Redfin (en anglais) a dévoilé que la rémunération était plus équitable dans les entreprises technologiques qui comptaient plus de femmes cadres supérieures.

Un meilleur salaire pour tous les employés

Et ce n’est pas tout. L’étude a également montré qu’avec le temps, la masse salariale annuelle des entreprises détenues par des femmes dépassait celle des entreprises détenues par des hommes. Entre 2007 et 2015, la masse salariale annuelle des entreprises détenues par des femmes a augmenté de 36,52 %, tandis que celle des entreprises appartenant à des hommes a augmenté de seulement 16,54 %. Une plus grande part du gâteau pour tous? Qui pourrait dire non!

Les dirigeantes ont tendance à être plus instruites

Par nature, les leaders transmettent leur savoir aux personnes qu’ils dirigent. On suppose donc que plus ils seront instruits, plus ils transmettront de connaissances.

En général, les entrepreneures semblent plus scolarisées. Davantage de femmes propriétaires de PME (18 %) détiennent au moins une maîtrise. Seuls 12 % des hommes propriétaires d’entreprise avaient atteint ce niveau d’études, contre seulement 10 % des propriétaires d’entreprises détenues à parts égales par des hommes et des femmes. Alors, auprès de qui voulez-vous apprendre?

Les femmes prennent des risques calculés

Bien sûr, un entrepreneur prend plus de risques qu’un salarié. Il semble que les femmes soient plus enclines que les hommes à prendre les risques nécessaires pour réussir en tant qu’entrepreneurs. Des recherches récentes, financées par la banque Barclays, ont montré que 87 % des entrepreneures se considèrent comme des personnes qui prennent des risques financiers, contre seulement 73 % des hommes. De plus, 80 % des femmes se disaient capables de voir des occasions là où d’autres voient des risques, par rapport à seulement 67 % des hommes.

Les femmes prendraient également des risques plus calculés que les hommes. Même si ces femmes n’hésitent nullement à prendre des risques, elles le font toutefois de manière plus prudente et calculée. Les recherches ont également révélé que 4 fois plus de femmes que d’hommes estimaient qu’il était dangereux de prendre des risques en ce moment.

Un point de vue plus humble par rapport au succès

Les femmes semblent avoir une perspective différente des hommes sur la réussite en affaires. Seulement 42 % des entrepreneures de l’étude financée par Barclays ont déclaré que leur entreprise était florissante, comparativement à 62 % des dirigeants masculins. Pourtant, les résultats des femmes étaient aussi bons, voire même meilleurs, que ceux de leurs homologues masculins. Naturellement, si vous pensez que votre entreprise n’a pas encore atteint son plein potentiel de prospérité, vous voyez plus d’occasions de croissance.

Les femmes sont plus indépendantes et entrepreneuriales de nature

Selon un rapport du Centre of Entrepreneurship, plus des deux tiers des femmes qui occupent actuellement des postes de cadres supérieurs aspirent à démarrer leur propre entreprise dans les 3 prochaines années, contre moins du tiers de leurs homologues masculins.

Parmi les entrepreneurs qui exploitent déjà leur propre entreprise, 47 % des femmes envisagent de créer une autre entreprise dans les 3 prochaines années. C’est beaucoup comparé aux 18 % seulement des hommes qui déclarent la même chose.

Source: meowbox (en anglais seulement)

Les femmes créent plus d’emplois

De faibles taux de chômage sont le signe indéniable de la vigueur d’une économie. Voilà pourquoi les gouvernements investissent autant dans les industries susceptibles de créer des emplois.

Aux États-Unis, il semble que les entreprises dirigées par des femmes créent plus d’emplois que les entreprises dirigées par des hommes. Il est donc judicieux d’investir dans des entreprises qui appartiennent à des femmes.

Selon le Census Bureau (en anglais), le nombre d’employés américains qui travaillent pour des entreprises détenues par des hommes est passé de 41,05 millions à 41,20 millions entre 2007 et 2015, un taux de croissance équivalent à seulement 0,37 %. En revanche, le nombre d’employés des entreprises détenues par des femmes a augmenté de 18,39 %, passant de 7,5 millions en 2007 à 8,9 millions en 2015.

Le Canada doit offrir plus de soutien aux femmes en affaires

En résumé, il faut que plus de femmes fondent et dirigent des entreprises. Après avoir lu ce billet, cela semble évident, mais il y a encore loin de la coupe aux lèvres avant qu’on y parvienne au Canada.

Même si 47 % des entreprises canadiennes sont déjà détenues par des femmes, elles ne reçoivent qu’un maigre 4 % du financement par capital de risque. Heureusement, les investisseurs et les représentants du gouvernement commencent à voir le potentiel des femmes et leur aptitude à l’entrepreneuriat, soulignant même leurs réussites et leurs réalisations. Ils se mettent enfin à récompenser le rôle important que jouent les femmes dans l’économie canadienne.

Être une entrepreneure au Canada relevait en quelque sorte du parcours du combattant. Jusqu’à maintenant, la plupart des femmes avaient dû travailler bien plus fort que leurs homologues masculins pour assurer le succès de leur entreprise. Près de 1 femme sur 5 a affirmé ne pas posséder les connaissances techniques requises pour exploiter son entreprise, comparativement à seulement 1 homme sur 20. De plus, 25 % des femmes avouent ne pas disposer des réseaux nécessaires pour bâtir leur entreprise, tandis que moins de 10 % des hommes considèrent que c’est un problème. Mais ces obstacles n’ont pas empêché les femmes de réussir à la tête d’entreprise ou comme entrepreneures. Le travail acharné et le succès de ces pionnières ont incité le gouvernement à finalement mettre en place des mesures qui vont simplifier et faciliter le démarrage et l’exploitation d’une entreprise pour les femmes au Canada.

Si vous êtes une femme dotée de la fibre entrepreneuriale, c’est le moment idéal pour démarrer une entreprise au Canada.

Notre programme Solutions pour petites entreprises peut vous aider à vous lancer et à économiser.

S’inscrire sans frais
Sources
1 Fact Finder, en ligne: https://factfinder.census.gov
2 Fast Company. Les avantages de travailler dans une entreprise où il y a plus de femmes cadres, en trois graphiques, (août 2017), en ligne (en anglais seulement): https://www.fastcompany.com/40447899/the-perks-of-working-at-a-company-with-more-female-execs-in-3-charts
3 Fit Small Business. Cinq raisons pour lesquelles les femmes entrepreneures sont meilleures que les hommes, (mai 2018), en ligne (en anglais seulement): https://fitsmallbusiness.com/women-entrepreneurs-are-better/
4 Forbes. Cinq raisons pour lesquelles les femmes sont de meilleures entrepreneures que les hommes, (avril 2015), en ligne (en anglais seulement): https://www.forbes.com/sites/davidprosser/2015/04/20/five-reasons-why-women-make-better-entrepreneurs-than-men/#4fbae9b3e121
5 Gouvernement du Canada. Petites et moyennes entreprises détenues majoritairement par des femmes, (mai 2015), en ligne: https://www.ic.gc.ca/eic/site/061.nsf/eng/h_02966.html
6 Newswire. Le ministre MacAulay participe à la conférence pour l’avancement des femmes en agriculture, (mars 2017), en ligne: https://www.newswire.ca/news-releases/minister-macaulay-participates-in-advancing-women-in-agriculture-conference-678064963.html
7 Startup Canada. Startup Canada lance un fonds pour les fondatrices d’entreprise en collaboration avec Evolocity Financial Group (août 2016), en ligne (en anglais seulement): https://www.startupcan.ca/2016/08/startup-canada-launches-women-founders-fund-evolocity-financial-group/
8 Womenable. Rapport de 2014 sur les entreprises appartenant à des femmes (2014), en ligne (en anglais seulement): http://www.womenable.com/content/userfiles/2014_State_of_Women-owned_Businesses_public.pdf