Faites la connaissance de nos experts en accessibilité

    Postes Canada a mis sur pied un comité consultatif national formé d’experts et d’intervenants chargé de conseiller la Société pour l’aider à améliorer l’accessibilité de ses services de livraison.

    Nécessité d’un comité consultatif

    Pourquoi avoir créé ce comité?

    Dans l’optique du gouvernement du Canada, le renouvellement de Postes Canada doit passer par une amélioration de son programme de livraison accessible. L’honorable Carla Qualtrough, ministre des Services publics et de l’Approvisionnement et de l’Accessibilité, et ministre responsable de Postes Canada, en a fait l’annonce en janvier 2018.

    Rôle du comité consultatif

    Le comité consultatif, dont les membres proviennent de partout au pays, est composé d’experts des enjeux relatifs aux personnes handicapées et aux aînés, dont des individus en ayant une expérience vécue. Ce comité conseillera Postes Canada sur l’élaboration, la mise en œuvre et la promotion du programme de livraison accessible et formulera des commentaires sur son efficacité.

    Susan Margles
    • Présidente

    Susan Margles est première vice-présidente, Affaires de l’entreprise à Postes Canada. Elle est responsable d’orienter les efforts soutenus de Postes Canada pour établir des relations solides et constructives avec ses employés, avec son actionnaire le gouvernement du Canada, avec d’autres gouvernements partout au pays et avec les collectivités qu’elle dessert.


    Ainsi, Susan dirige les équipes responsables de mener à bien plusieurs priorités de la Société, notamment l’accessibilité, la durabilité de l’environnement, les affaires autochtones, l’engagement communautaire ainsi que l’ouverture et la transparence.


    Elle veille également à ce que la politique publique et le cadre de réglementation de Postes Canada appuient les stratégies d’entreprise efficaces destinées à servir les Canadiens tout en assurant la viabilité à long terme de la Société.


    À titre de vice-présidente, Relations gouvernementales et politique pendant plus de dix ans, Susan relevait directement du président-directeur général. Elle a d’ailleurs agi comme conseillère principale sur ces questions auprès de ce dernier et du Conseil d’administration. Elle s’est jointe à Postes Canada en 2005 après avoir gravi les échelons au ministère fédéral des Finances, à Transports Canada, à Industrie Canada et à Santé Canada.


    Susan siège au Conseil d’administration de l’Ottawa Jewish Community Foundation et est administratrice de la Fondation communautaire de Postes Canada. Parfaitement bilingue, elle détient un baccalauréat en économie ainsi qu’une maîtrise en administration des affaires (MBA) de l’Université McGill. Elle est mariée et mère de deux enfants.

    Neil Belanger

      Neil Belanger a plus de 30 ans d’expérience dans les domaines du handicap et de la santé. Neil est le directeur général de la British Columbia Aboriginal Network on Disability Society ou la BCANDS, un poste qu’il occupe depuis 2009. La BCANDS, qui se consacre aux autochtones vivant avec un handicap, est la seule organisation de son genre au Canada; elle est reconnue sur les scènes nationale et internationale pour son travail auprès des personnes autochtones handicapées et a reçu sept récompenses nationales et provinciales en reconnaissance de l’excellent travail qu’elle réalise depuis 2013. En 2017, Neil a fait une présentation sur les problèmes que vivent les personnes handicapées autochtones devant le comité international de la Convention relative aux droits des personnes handicapées (CDPH) des Nations Unies à Genève.


      En plus de son travail à la BCANDS, Neil exerce diverses fonctions consultatives auprès d’initiatives ministérielles provinciales et d’organismes communautaires et d’organismes financés par le gouvernement fédéral. Il est membre de plusieurs organismes ministériels : l’Advisory Forum on Poverty Reduction; le Council on Employment and Accessibility, le Registered Disability Savings Plan (RDSP) Action Group et l’Assistant Deputy Minister’s Supporting Increased Participation (SIP) Committee; il est aussi membre de l’équipe de direction de l’Alliance pour une loi fédérale sur l’accessibilité et membre du Conseil d’administration d’Inclusion BC.


      Neil est membre du clan Lax Se el (grenouille) de la Première Nation Gitksan et habite à Victoria avec sa femme et deux enfants.

      Kory Earle

        Kory Earle est un jeune défenseur des droits des personnes handicapées en Ontario. Kory est l’actuel président de Personnes d’abord du Canada et il collabore avec l’organisation à l’échelle locale, provinciale et nationale depuis 2006.


        La mission de Kory est de veiller à ce que toutes les personnes souffrant de handicaps soient traitées équitablement et que leurs droits soient respectés; dans le cadre de son travail de plaidoyer, il cherche à exprimer autant ses propres intérêts que ceux dont la voix n’est pas entendue.


        Sur le plan national, Kory est également un représentant actif de l’inclusion scolaire pour Personnes d’abord du Canada et il se fonde sur ses propres expériences de vie dans le milieu scolaire pour contribuer à bâtir des mesures et des attitudes plus inclusives dans le système d’éducation pour les personnes ayant une déficience intellectuelle. Kory a donné plusieurs présentations devant divers groupes tout au long de sa carrière et de son travail auprès de Personnes d’abord.


        L’un des faits marquants de la carrière de Kory a été de donner une présentation à la 9e Conférence des États parties de la Convention des Nations Unies à New York en 2016. Jamais Kory n’aurait pu s’imaginer se trouver lui-même aux Nations Unies et avoir l’occasion d’exposer, devant des gens du monde entier, les barrières, les luttes et les réussites des personnes handicapées du Canada.


        Kory attribue son succès aux membres fondateurs du mouvement Personnes d’abord qui l’ont aidé à se développer en tant que chef et militant; il continue de s’acquitter de son rôle en encadrant les nouveaux membres du mouvement.

        Steven Estey

          Steven Estey est un ancien agent des droits de la personne à l’Organisation mondiale des personnes handicapées (OMPH), une ONG qui travaille depuis plus de 30 ans afin de faire avancer la cause des droits des personnes handicapées. Il est également l’ancien président du comité international du Conseil des Canadiens avec déficiences (CCD) et l’ancien vice-président du Conseil national du CCD. En août 2018, Steven a été invité par le Conseil national du CCD à se joindre au personnel du CCD.


          Pendant plus de 25 ans, Steven a travaillé avec des organismes représentant les personnes handicapées, des institutions pour les droits de la personne, des organismes gouvernementaux et intergouvernementaux, ainsi que des organismes des Nations Unies pour faire avancer la cause des droits des personnes handicapées. Au fil du temps, il a acquis une vaste expérience dans les domaines de la coopération internationale, du développement économique, des droits de la personne ainsi qu’en matière de questions de handicaps. Il a pris la parole devant des comités parlementaires au Canada et a abordé les droits de la personne ainsi que des questions touchant les personnes handicapées devant les Nations Unies et dans de nombreux pays partout dans le monde.


          De 2003 à 2006, lorsque les négociations se sont conclues avec succès, Steven a occupé le rôle de conseiller auprès de la délégation du gouvernement canadien aux Nations Unies, qui a rédigé la nouvelle Convention relative aux droits des personnes handicapées (CDPH). De 2007 à 2010, il a guidé le travail de l’OMPH afin d’inciter les gouvernements dans le monde à ratifier la CDPH. Depuis son départ de l’OMPH, en 2010, il a consacré son temps à l’enseignement et à des projets axés stratégiquement sur la mise en œuvre efficace de la CDPH et associés à la pleine reconnaissance des droits des personnes handicapées.


          Steven est titulaire d’un baccalauréat en philosophie de l’Université St. Francis Xavier et d’une maîtrise en études du développement international de l’Université Saint Mary’s. Ces deux universités sont situées en Nouvelle-Écosse.

          Shelley Fletcher

            Shelley Fletcher est la directrice générale de Personnes d’abord du Canada depuis 2002. Avant d’occuper son poste national, Shelley a travaillé et a été active au sein du mouvement de défense des droits des personnes handicapées à l’échelle locale et provinciale au Manitoba.


            Lorsqu’elle a entendu parler du mouvement Personnes d’abord, Shelley est devenue bénévole et, peu de temps après, cette activité s’est transformée en un poste national à temps plein.


            Fervente alliée des personnes ayant été étiquetées avec une déficience intellectuelle, Shelley souligne le mérite de Personnes d’abord qui lui a offert certaines occasions extraordinaires dans le cadre de son poste national. Elle est fière d’avoir fait partie de l’équipe qui a produit le documentaire « The Freedom Tour », et a eu le grand honneur d’avoir été invitée à prendre la parole au Siège de l’Organisation des Nations Unies à New York. Shelley agit également à titre de représentante sur le groupe national de travail Canadian Joint Task Force on the Right to Live in Community.


            Grâce à Personnes d’abord, l’engagement de Shelley auprès de la communauté internationale des personnes handicapées a été pour elle une expérience très émouvante sur la vie et le traitement des personnes handicapées mentales dans le monde. Elle est profondément consciente de l’exclusion et de la discrimination que subissent de nombreuses personnes qui vivent avec une incapacité intellectuelle et œuvre au quotidien pour faire avancer la cause d’un Canada plus inclusif.


            Shelley vivait depuis 17 ans en milieu rural au Manitoba et elle est récemment retournée vivre à Winnipeg avec ses deux enfants.

            Dean Mellway

              Après avoir obtenu une maîtrise en travail social de l’Université Wilfrid Laurier, Dean a débuté sa carrière comme agent de développement communautaire pour Marche des dix sous de l’Ontario et a rapidement été promu au poste de directeur régional. Il a déménagé à Ottawa en 1980 pour occuper la fonction de directeur administratif de l’Association canadienne des sports en fauteuil roulant et, dix ans plus tard, il s’est joint à l’équipe de l’Université Carleton pour ouvrir le Paul Menton Centre for students with disabilities. Dean a récemment complété un mandat de six ans à titre de directeur intérimaire pour l’initiative READ (Research, Education, Accessibility, Design) de l’Université Carleton. Il continuera d’apporter sa contribution comme conseiller spécial auprès de l’initiative READ.


              Dean a connu une longue carrière comme athlète de compétition et a représenté le Canada en livrant des performances qui lui ont valu plusieurs médailles aux Jeux paralympiques et aux championnats du monde en plus de 30 ans : la médaille d’or à l’olympiade de 1976, la médaille de bronze aux Jeux paralympiques d’hiver de Lillehammer en 1994 et la médaille d’argent aux Jeux paralympiques d’hiver de Nagano en 1998. Il a participé aux compétitions de snooker, de basketball et de tennis en fauteuil roulant et de hockey sur luge.


              Dean a aussi joui d’une longue carrière comme bénévole, effectuant diverses tâches au service des personnes handicapées. Il vient d’achever un mandat de trois ans auprès du Conseil consultatif des normes d’accessibilité/comité d’élaboration des normes de la province de l’Ontario.

              Laura Tamblyn Watts

                Laura Tamblyn Watts est avocate, représentante pour des causes et chercheuse. Son travail porte principalement sur le droit, le vieillissement, l’accessibilité, la réforme du droit, la gouvernance et la mobilisation des connaissances. En 2018, elle a rejoint l’Association canadienne des individus retraités (Canadian Association of Retired Persons [CARP]) et y a occupé le poste nouvellement créé de directrice nationale du droit, des politiques et de la recherche de CARP. Laura enseigne également à l’Université de Toronto, où elle est titulaire d’une bourse de perfectionnement de l’Institute for Lifecourse and Aging. Elle a, entre 2004 et 2017, occupé plusieurs postes au Centre canadien d’études sur le droit des aînés (CCEL) et au British Columbia Law Institute (BCLI), dont elle a notamment été directrice nationale pendant de longues années. Elle est une ancienne présidente de la Section du droit des personnes aînées de l’Association du Barreau canadien (ABC), où elle siège actuellement à titre de membre de la direction et agit comme membre de la direction auprès de la Section du droit des personnes aînées de l’Association du Barreau de l’Ontario. Laura est membre du conseil d’administration du réseau de l’Initiative nationale pour le soin des personnes âgées (NICE) et aide la section sur les questions liées au droit et au vieillissement. Elle est membre du conseil d’administration de l’Ombudsman des services bancaires et d’investissement (OSBI) et membre du comité sur les investisseurs vulnérables et âgés de l’Institut des fonds d’investissement du Canada.


                Elle est l’un des deux représentants canadiens siégeant au comité sur les investisseurs vulnérables de la North American Securities Administrators Association (NASAA) et membre permanente du groupe de travail sur les personnes âgées de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario. Laura est aussi membre du conseil d’administration de PACE Independent Living, un organisme de services et logement sans but lucratif qui offre des soins auxiliaires aux personnes ayant des différences physiques. Laura supervise le portefeuille de recherche de l’Association canadienne des individus retraités et participe activement à plusieurs centres nationaux d’excellence et à un large éventail d’initiatives de recherche actuelles. Elle a contribué à la fondation de Seniors First BC, le deuxième centre de services juridiques dédié aux aînés à faible revenu, situé à Vancouver. Elle a été admise au Barreau de la Colombie-Britannique en 1999.

                Pamela Valentine

                  Chercheuse scientifique de formation, Pamela est entrée à la Société canadienne de la sclérose en plaques après avoir œuvré au sein de l’organisme Alberta Innovates, où elle s’est consacrée à l’instauration de changements et d’innovations. Le leadership dont elle a fait preuve a contribué à l’accroissement considérable du portefeuille de la recherche sur la santé et au renforcement de l’intégration de la recherche et des systèmes de santé, dans le but de maximiser les retombées pour les usagers des services de santé et les fournisseurs de soins. Elle a également dirigé la mise sur pied d’un nouvel organisme Alberta Innovates qui est issu du regroupement de quatre sociétés œuvrant dans les secteurs de la santé, de l’énergie, de l’agriculture et de la foresterie. Pamela a commencé sa carrière comme membre du corps professoral à l’Institut Hotchkiss de recherche sur le cerveau de l’Université de Calgary et elle a ensuite travaillé pour le compte de l’Alberta Heritage Foundation for Medical Research, où elle a occupé des postes de direction.


                  Pamela accorde beaucoup d’importance à la collaboration et à l’établissement de liens solides; elle a consacré une partie de sa carrière à travailler avec divers intervenants issus du gouvernement, du secteur privé et des réseaux de cliniques. De concert avec les membres du conseil, elle va piloter la mise en place d’une nouvelle initiative stratégique qui fera en sorte que la Société canadienne de la sclérose en plaques demeure un organisme national bilingue d’envergure qui offre des programmes communautaires exceptionnels visant à améliorer la qualité de vie des Canadiens qui sont atteints de la SP.


                  Originaire de Calgary, Pamela a reçu plusieurs récompenses, dont la Canadian Psychological Association of Excellence et un prix de la Fondation neuroscience Canada et ses travaux de recherche ont fait l’objet de publication. Pamela croit en l’atteinte de résultats dans le domaine de la santé, une passion qu’elle a découverte en tant que spécialiste en recherche fondamentale, avec un profond désir de favoriser l’interconnexion entre la recherche fondamentale et les soins cliniques. Pamela est motivée et fière de pouvoir toucher les personnes aux prises avec la SP ainsi que leurs familles, de façon plus concrète.