Un timbre Canada 150 célèbre la création du Nunavut

Le nouveau timbre commémore la création du territoire du Nunavut en 1999 et célèbre ses habitants.

 
C’était l’aboutissement d’une longue lutte menée pendant des décennies par une population de moins de 30 000 Inuits, qui ont changé la carte du Canada et pris le contrôle d’environ un cinquième des terres du pays.

 
La création du territoire du Nunavut le 1er avril 1999 est le résultat de l’accord sur les revendications autochtones le plus important de l’histoire canadienne et de la séparation des Territoires du Nord-Ouest en deux.

 

 
C’était un tournant important pour les Inuits du nord du Canada qui peuplent l’archipel Arctique depuis environ 4 000 ans.

 
« Cela a rempli d’espoir les Inuits et les autres habitants du territoire, et leur a montré que l’avenir était prometteur, affirme Peter Taptuna, premier ministre du Nunavut. Cela nous a en quelque sorte rassurés, parce qu’on était dorénavant maîtres de notre propre destinée. »

 

Le timbre consacré au Nunavut est le septième d’un jeu de 10 soulignant les 150 ans du Canada

Postes Canada tenait à rendre hommage à la création du territoire du Nunavut et à ses habitants en leur consacrant son septième timbre d’un jeu de 10 soulignant le 150e anniversaire de la Confédération.

 
Le premier ministre du Nunavut Peter Taptuna, la commissaire du Nunavut Nellie Kusugak et le président de l’Assemblée législative du Nunavut George Qulaut ont dévoilé le timbre le 30 mai dernier à l’Assemblée législative à Iqualuit.

 
Chacun des timbres Canada 150 émis par Postes Canada souligne une réalisation ou un moment emblématique de l’histoire de notre pays depuis son centenaire en 1967.

Cliquez ici pour ouvrir le Pli Premier Jour officiel.

 
Les 10 timbres seront dévoilés un à un jusqu’au 1er juin, la date de leur mise en vente, dans des lieux symboliques à l’échelle du pays.

 

Le long cheminement vers la création d’un nouveau territoire

La création du Nunavut en 1999 a été le premier grand changement dont a fait l’objet la carte politique du pays depuis l’entrée de Terre-Neuve dans la Confédération en 1949.

 
Mais il a fallu des décennies pour que le Nunavut, qui signifie « notre terre » en inuktitut, devienne un territoire.

 
« À la fin des années 1960 et au début des années 1970, notre vie était différente. On nous enseignait une autre langue et une façon de vivre qui ne nous était pas propre. On s’est alors dit qu’il fallait que ça cesse », explique le ministre de l’Éducation du Nunavut Paul Quassa, qui a représenté les Inuits pendant les négociations sur les revendications territoriales avec le gouvernement fédéral dans les années 1980.

 
« La lutte a été lancée par 27 000 Inuits. Cela représentait une petite portion de la population canadienne, mais maintenant nous contrôlons un cinquième du territoire du pays. C’est incroyable. »

 
Après des années de négociations, les Inuits, le gouvernement du Canada et le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest ont signé l’accord sur les revendications territoriales du Nunavut en 1993, ce qui a mené à la création du territoire en 1999.

 

Prendre son avenir en main

Le gouvernement du Nunavut poursuit les négociations avec le gouvernement fédéral pour le transfert des responsabilités de nature provinciale concernant la gestion du territoire et de ses ressources, un processus appelé « dévolution ». Il s’agit d’une étape importante dans le développement politique et économique du Nunavut.

 
« Nous voulons être traités comme les autres provinces et territoires, et recevoir une part égale des redevances d’exploitation, surtout en ce qui a trait à l’extraction de minéraux, de pétrole et de gaz, précise le premier ministre Peter Taptuna. Nous aimerions au moins pouvoir prendre nos propres décisions en ce qui concerne l’avenir du territoire. »

 

Exploiter le potentiel du Nunavut

Riche de sa faune et de ses ressources naturelles, le Nunavut, qui comprend une grande partie de l’Arctique, est un territoire à l’avenir prospère, où la conservation et le développement sont guidés de façon responsable en fonction des connaissances et des besoins locaux.

 
Actuellement, il est l’un des territoires à plus forte croissance démographique du Canada et sa population, qui compte environ 37 000 habitants, est également l’une des plus jeunes, ce qui le place à l’avant-plan dans l’avenir du pays.

 
Nellie Kusugak, commissaire du Nunavut et ancienne enseignante, espère que les jeunes Inuits continueront de chérir leurs langues traditionnelles. Les langues officielles du territoire sont l’inuktitut, l’inuinnaqtun, l’anglais et le français.

 
Selon elle, pour assurer la prospérité du Nunavut au cours des décennies à venir, il est important que les jeunes reçoivent une éducation traditionnelle et une éducation formelle.

 
« L’éducation ouvre des portes. Ceux qui reçoivent les deux types d’éducation peuvent relever n’importe quel défi et réaliser leurs rêves, rien ne peut les arrêter, affirme Nellie Kusugak. En offrant une éducation traditionnelle et une éducation formelle aux jeunes, on leur offre le meilleur des deux mondes. Cela leur permet d’en savoir plus sur leur culture et leur rôle en tant que Canadiens. »

 
Le timbre consacré au Nunavut est également l’un des deux seuls timbres Canada 150 à être accompagné de son propre carnet. Créés à partir de photos prises par des habitants du territoire, le timbre, son pli Premier Jour officiel et son carnet sont des fenêtres sur le lointain et spectaculaire Nord canadien.

 

Voici les autres timbres dévoilés jusqu’à présent dans le cadre de notre programme Canada 150 :

 
Expo 67
La Constitution
Canadarm
Le mariage égal
La route transcanadienne
Le Marathon de l’espoir
La Série du siècle
L’esprit paralympique et olympique

 

 

Vous voulez lire d’autres articles de Postes Canada?

Inscrivez-vous pour recevoir des mises à jour