Cyberdétaillant canadien : Gongshow Gear

En offrant des vêtements et des accessoires aux clients dont le hockey est un mode de vie, cette entreprise a visé juste.

 
Joueur de hockey passionné durant sa jeunesse à Ottawa, Ger McNamee connaissait les dessus et les dessous de ce sport et de ceux qui le pratiquent. Ça s’est avéré être un atout lorsque M. McNamee et son associé Craig Kennedy ont lancé une entreprise spécialisée dans la vente de couvre-chefs et autres vêtements pour les mordus de hockey en 2002.

 
M. McNamee n’avait alors que 22 ans; les ventes se faisaient du coffre de la vieille Mazda appartenant à sa mère, après les parties, alors que leurs produits se sont fait connaître par le bouche-à-oreille. Mais ils ont persévéré, et leur entreprise, Gongshow — le nom dont leurs produits sont fièrement affublés — enregistre maintenant des ventes de partout dans le monde et connaît une grande popularité sur les réseaux sociaux. 

 
 

Dans cette vidéo de Gongshow, Bobby Ryan des SénateursMD d’Ottawa et Claude Giroux des Philadelphia FlyersMD se partagent la vedette et s’affrontent lors d’une compétition amicale qui consiste à lancer des rondelles dans des fruits, un drone et d’autres objets… pour les faire exploser. Cette vidéo a été visionnée plus de un million de fois.
Remarque : La vidéo est disponible en anglais seulement, puisqu’elle a été créée par un tier, sans lien avec Postes Canada.

 
« Nous prenons de l’expansion chaque année, et ça n’arrête pas », dit M. McNamee, président-directeur général. (Le cofondateur, M. Kennedy, est directeur de la création.)
 
 
Gongshow Gear Inc., entreprise privée et finaliste aux Prix de Postes Canada pour l’innovation en cybercommerce de 2016, est située à Ottawa et compte environ 30 employés, y compris un petit groupe en Chine qui travaille sur place avec des fabricants. La fabrication a également lieu au Pérou et au Canada.
 
 
À l’origine, la compagnie a été fondée dans le but de créer des vêtements pour les joueurs de hockey, à porter sur ou à l’extérieur de la patinoire. Le fait que ces vêtements aient été rapidement adoptés par les amis des fondateurs, dont bon nombre sont des joueurs de la Ligue junior et la LNHMD, a beaucoup aidé. 

 
Une partie des ventes de Gongshow provient depuis le début de détaillants traditionnels, mais une très grande part provient aussi du site Web de l’entreprise, où les clients ont accès à la gamme complète de produits, comme des tuques, des chandails et des jeans conçus pour le physique d’un joueur de hockey.
 
 
« Je crois que nous sommes devenus un leader dans notre catégorie », affirme M. McNamee.
  

Remarque : Le site web est disponible en anglais seulement, puisqu’il a été créé par un tier, sans lien avec Postes Canada.

 
Comme de nombreux cyberdétaillants, Gongshow Gear compte énormément sur les médias sociaux pour se faire connaître, mais elle y a surtout réussi à l’aide de YouTube. L’entreprise présente régulièrement des vidéos sur le thème du hockey qui manquent rarement d’originalité et qui sont très prisées par les clients.

 
Mais surtout, cette entreprise parle le langage du hockey. Récemment, la compagnie a diffusé une vidéo mettant en vedette deux joueurs de la LNHMD, Bobby Ryan, des SénateursMD d’Ottawa, et Claude Giroux, des Philadelphia FlyersMD, dans une compétition (ci-dessus). Le but était de lancer des rondelles dans des fruits, un drone et d’autres objets, et de les faire exploser. Cette vidéo a été visionnée plus de un million de fois.

 
« C’est la façon dont nos clients – plus particulièrement ceux âgés de 14 à 25 ans, notre groupe cible principal – veulent absorber du contenu. Ils ne veulent pas lire des billets de blogue; ils veulent parcourir rapidement les messages qui défilent sur les médias sociaux et voir l’une de nos vidéos », explique M. McNamee.
 
 
Et les vidéos ne servent pas nécessairement à vendre quoi que ce soit. Elles servent à raconter des histoires qui témoignent de notre amour et de notre passion du hockey et où la marque Gongshow est présente.
 
 
Comme le Canada est perçu comme étant la capitale mondiale du hockey, les amateurs qui vivent dans d’autres pays, mais qui ne comprennent pas nécessairement l’anglais, achèteront quand même le produit simplement parce qu’ils adorent ce sport et veulent que ça se sache.
 
 
En ce qui concerne l’avenir, M. McNamee dit qu’il continuera à se concentrer sur ceux pour qui le hockey est un style de vie, un marché qui, à son avis, a un très grand potentiel de croissance. « Nous continuerons aussi à miser sur l’authenticité en ce qui concerne la fabrication des vêtements pour les joueurs et les amateurs de hockey. Ensuite, on verra. »

 
Texte de John Greenwood, auteur et réalisateur à Toronto.

 
MD LNH 2017. Tous droits réservés.
 

Vous voulez lire d’autres articles de Postes Canada?

Inscrivez-vous pour recevoir des mises à jour