Pleins feux sur le Mois de la petite entreprise

Momzelle souhaite que les mamans soient plus à l’aise d’allaiter en public à l’aide de sa gamme de vêtements mode pratiques


Des petites entreprises de partout au pays connaissent du succès en trouvant le bon créneau, comme Momzelle, de Montréal, qui a gagné le prix Entreprise point-com aux Prix de Postes Canada pour l’innovation en cybercommerce.

Neuf ans après avoir aidé sa sœur Christine à démarrer l’entreprise, Vincent Poirier est devenu le président de la maison de design qui compte maintenant sept employés. Quel est le secret du succès de cette entreprise? Il dit que l’important est d’embaucher les bonnes personnes et de se faire connaître par le bouche à oreille.



Regardez la vidéo de Momzelle, finaliste dans la catégorie Entreprise point-com de l’année (petite entreprise) aux Prix pour l’innovation en cybercommerce de 2016.


M. Poirier a discuté avec Postes Canada de design, des succès de vente et des projets de Momzelle.


Q : Comment quelqu’un qui a étudié l’actuariat devient-il président d’une entreprise qui vend des vêtements et des soutiens-gorges d’allaitement?

R : Il y a dix ans, je n’aurais jamais imaginé que je dirigerais une entreprise spécialisée en vêtements d’allaitement! Quand ma sœur a eu son premier bébé, elle s’est confectionnée un vêtement d’allaitement. Des amies et des sages-femmes lui ont dit que c’était un excellent produit et qu’il n’existait rien de comparable sur le marché. Elle a donc eu l’idée d’en faire une entreprise et m’a demandé de la lancer avec elle.


Q : La création de vêtements, c’est quelque chose que vous avez hérité de votre famille?

R : Notre mère coud beaucoup la courtepointe, c’est sa passion, et elle a fabriqué la plupart de nos vêtements quand nous étions enfants. Alors ma sœur a appris à faire de petites courtepointes, des foulards, etc. Elle n’a pas étudié la mode et ne travaillait pas en design, mais elle savait comment fabriquer des articles pour son propre usage.

Bien sûr, quand nous avons commencé à créer de vrais prototypes et à les apporter chez de vrais manufacturiers, les choses ont changé. Nous avons tous les deux essayé d’utiliser des patrons et de couper du tissu, mais on s’est retrouvé avec un haut qui avait des manches de longueurs différentes.

Quand le temps est venu de créer un produit et de le mettre en marché, nous savions que nous aurions besoin de l’aide de personnes compétentes pour y arriver.


Q : Pourquoi le choix de vêtements d’allaitement était-il si limité avant Momzelle?

R : Il y a trente ans, ce marché n’était pas assez répandu, mais les taux d’allaitement ont augmenté depuis la dernière génération, tout comme la demande pour le type de vêtements que nous offrons. De nos jours, la plupart des femmes veulent allaiter, mais il arrive encore souvent qu’elles ne se sentent pas assez à l’aise pour allaiter en public ou exposer leur poitrine ou leur ventre.


Q : Quel est le rôle du bouche à oreille dans votre entreprise ?

R : Les mères discutent beaucoup de leurs expériences avec d’autres mères. Souvent, à cette étape de leur vie où elles ont des bébés, leurs amies ont aussi des bébés, alors elles échangent de l’information sur les produits qu’elles trouvent utiles, et ceux qui fonctionnent ou non, ce qui nous a beaucoup aidés.


Q : Lesquels de vos articles se vendent le mieux?

R : Cet automne, notre modèle le plus populaire est le col roulé Sophie, en rouge. Le modèle Gaby, un haut d’allaitement à capuchon, est également très populaire pendant cette période de l’année. Nous offrons toujours nos articles de base et nos articles les plus populaires, mais notre but est d’offrir une collection qui est composée d’au moins 20 % de nouveaux styles à chaque saison.


Q : Quels sont les objectifs de Momzelle pour l’année à venir?

R : Notre principal objectif est de faire la promotion de nos soutiens-gorges et de nous faire davantage connaître aux États-Unis. Notre produit est très intéressant. Il ne nous reste plus qu’à le faire essayer par les mères afin qu’elles l’adoptent et en parlent à leurs amies. Presque 30 % de nos ventes proviennent des produits que nous exportons là-bas, mais nous voulons vraiment accroître ce marché et conquérir celui de l’Europe et de l’Australie.

Vous voulez lire d’autres articles de Postes Canada?

Inscrivez-vous pour recevoir des mises à jour