Ô Canada! Terre de nos aïeux

Toute l’équipe de Postes Canada vous souhaite une bonne fête du Canada!

 
N’est-ce pas merveilleux d’être Canadien, que ce soit par naissance ou par naturalisation?
 
Cette journée spéciale est l’occasion de manifester notre sentiment d’appartenance.
 
D’un océan à l’autre, nous célébrons ensemble notre unicité et notre chance de vivre dans ce pays; 36 millions d’entre nous, forts et libres.
 
La fête du Canada est une grande célébration ouverte à tous et à toutes.
 
À Postes Canada, nos quelque 60 000 employés sont fiers et reconnaissants de servir le Canada et les 36 millions de Canadiens. Nous avons la chance inouïe de pouvoir dire qu’ils sont tous nos clients, en plus d’être nos compatriotes.
 
Aujourd’hui, nous rendons hommage à notre pays et à notre lien bien spécial avec les Canadiens de deux façons.
 
Ci-dessous, vous trouverez une vidéo présentant le point de vue de certains de nos employés sur le Canada.
 
Puis, un peu plus bas, vous pourrez admirer nos timbres Terre de nos aïeux, qui rendent hommage à notre magnifique pays. Qui sait, ils pourraient vous inspirer pour vos prochaines vacances!
 
Toute l’équipe de Postes Canada vous souhaite une bonne fête du Canada!
 

 
Les timbres Terre de nos aïeux célèbrent la beauté des paysages canadiens
 
Notre série de timbres Terre de nos aïeux offre une perspective de voyageur sur neuf lieux incontournables du Canada.
 
Ce vaste pays s’étend de l’île Pelée au sud jusqu’à l’Extrême Arctique. À l’ouest, sur l’Île de Vancouver, une forêt pluviale abrite des sapins majestueux alors qu’à 5 500 km à l’est, des maisons colorées s’élèvent sur les rivages rocheux de St. John’s.
 
Nous espérons que ces vignettes vous émerveilleront et vous inciteront à découvrir ces lieux magnifiques.
 
Voici les timbres Terre de nos aïeux de 2018 :

St. John’s (T.-N.-L.) Photo : Elena Elisseeva
Les pimpantes maisons en rangée de St. John’s, qui s’élèvent sur la colline surplombant le port, attirent les touristes et donnent beaucoup de charme à la ville. Bon nombre d’entre elles ont été construites après le grand feu de 1892. Selon la légende, les pêcheurs peignaient leur maison de la même couleur que leur bateau pour pouvoir retrouver leur chemin dans le brouillard. En fait, ces maisons ont été peintes dans le cadre d’une initiative de revitalisation qui a commencé dans les années 1970.
 

Rochers Hopewell Rocks (N.-B.) Photo : Kevin Snair | Creative Imagery
Le vent et les marées, qui font partie des plus hautes du monde, ont pris des milliers d’années à sculpter les monolithes en pots de fleurs qui forment les rochers Hopewell Rocks de la baie de Fundy. À marée basse, les visiteurs peuvent marcher à l’ombre de ces imposants blocs.
 

Parc provincial MacMillan (C.-B.) Photo : BritishColumbia.com, gracieuseté de Parcs Colombie Britannique
Ce parc situé sur l’île de Vancouver en Colombie-Britannique abrite une forêt ancienne de sapins de Douglas. Dans le boisé appelé Cathedral Grove (photo), les visiteurs peuvent sillonner des sentiers pédestres bordés d’arbres majestueux, dont certains ont plus de 800 ans.
 

Parc national de l’Île-du-Prince-Édouard (Î.-P.-É.) Photo : Barrett & MacKay Photography | All Canada Photos
Parsemé de dunes et de falaises de grès rouge s’étendant sur plus de 65 kilomètres sur la rive nord de l’île, le parc propose un vaste réseau de promenades, de sentiers de randonnée et de pistes cyclables. On y trouve également la maison du XIXe siècle rendue célèbre par Lucy Maud Montgomery dans son roman Anne… La Maison aux pignons verts publié en 1908. Le timbre présente le phare de Covehead Harbour.
 

Parc national de l’Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé (Qc) Photo : chictype | Getty Images, gracieuseté de la Sépaq
Situé à l’extrémité de la péninsule gaspésienne, le parc national de l’Île Bonaventure et du Rocher Percé possède un riche patrimoine naturel, historique et culturel. Son célèbre rocher Percé témoigne de la puissance de l’océan qui, au fil des ans, a changé la forme des terres, alors que les maisons anciennes de l’île Bonaventure replongent les visiteurs dans la Gaspésie d’il y a 100 ans.
 

Parc provincial des chutes Pisew (Man.) Photo : Gracieuseté de Parcs Manitoba
Le parc est situé dans une région sauvage éloignée à 700 kilomètres au nord de Winnipeg. Ses chutes, qui s’élèvent à 13 mètres, sont les deuxièmes plus hautes au Manitoba. Un sentier de 11 kilomètres longe la rivière Grass et mène aux chutes Kwasitchewan, les plus hautes de la province. Le nom Pisew vient du mot cri utilisé pour désigner un lynx, en référence au sifflement des eaux qui rappelle le son de ce chat sauvage.
 

Parc national de la Pointe-Pelée (Ont.) Photo : All Canada Photos, gracieuseté de Parcs Canada
Situé à l’extrême sud du Canada, sur les bords du lac Érié, ce parc national offre la plus grande diversité écologique au pays. Sa forêt carolinienne et ses marécages abritent de nombreuses espèces d’oiseaux, de tortues et de libellules. C’est l’endroit par excellence pour observer la migration des oiseaux chanteurs vers le nord et les monarques qui s’envolent vers le sud. Le parc national de la Pointe-Pelée célèbre son centenaire en 2018.
 

Réserve de parc national Nááts’įhch’oh (T.-N.-O.) Photo : Laani Uunila, gracieuseté de Parcs Canada
L’un des plus récents parcs nationaux du Canada, la réserve de parc national Nááts’įhch’oh a été baptisée d’après la montagne du même nom, qui est un lieu d’importance pour les peuples du Sahtu. Le parc est situé sur les terres ancestrales des Shúhtaot’ine (Dénés des montagnes), près de la frontière du Yukon. Les amateurs de plein air qui viennent y faire de la randonnée ou du canot pourraient apercevoir des ours bruns, des mouflons de Dall, des chèvres de montagne et des caribous des bois.
 

Arctic Bay (Nt) Photo : Clare Kines
Arctic Bay est une petite collectivité de l’extrémité nord-ouest de l’île de Baffin conjuguant tradition et vitalité. Elle compte plus de 850 habitants. Le hameau, situé aux abords d’une plage de gravier du détroit Adams, est habité par des peuples nomades depuis 5 000 ans. Il abrite également de nombreuses espèces d’oiseaux de l’Extrême-Arctique, et on peut observer des narvals et des baleines boréales dans les eaux à proximité. Ikpiarjuk (ᐃᒃᐱᐊᕐᔪᒃ), son nom en inuktitut, signifie « la poche ». Il fait référence à la façon dont les collines l’entourent sur trois de ses côtés. Chaque printemps, une course de traîneaux à chiens a lieu entre Arctic Bay et Igloolik.