Nouveaux timbres du patrimoine mondial de l’UNESCO

Notre émission de timbres la plus récente met en vedette cinq sites du patrimoine mondial au Canada – découvrez pourquoi ils sont si exceptionnels.

 
Station baleinière basque de Red Bay

 
Le 22 juin 2013, les vestiges d’une station baleinière basque du 16e siècle sur la rive sud du Labrador ont été désignés site du patrimoine mondial de l’UNESCO, le 17e au Canada, propulsant la petite ville de Red Bay sous les feux des projecteurs. Considéré comme « le témoignage le plus ancien et le plus complet de la tradition européenne de la chasse à la baleine », le site terrestre et maritime de 60 kilomètres carrés a été établi dans les années 1530 pour approvisionner l’Europe en huile de baleine destinée à l’éclairage.

 
De l’exposition de ce trésor maritime au centre d’interprétation à sa proximité avec une merveille archéologique très différente, voici ce que vous devez savoir au sujet de ce site du patrimoine mondial canadien.

 

  • Des marins du Sud de la France et du Nord de l’Espagne sont venus dans la région dans les années 1520 pour y pêcher la morue et ont remarqué l’abondance des baleines en migration dans le détroit de Belle Isle.
     
  • Cet emplacement est rapidement devenu une station destinée à la chasse côtière des baleines. On s’y employait aussi à dépecer des baleines boréales et des baleines noires et à extraire l’huile de leurs graisses.
     
  • Tous les ans, au moins 15 navires et jusqu’à 2 000 hommes et jeunes garçons faisaient la traversée de la France et de l’Espagne jusqu’à Red Bay.
     
  • Le site comprend les vestiges de fourneaux à huile, de quais, de bâtiments d’habitation et d’un cimetière, ainsi que des épaves de bateaux et des ossements de baleines.
     
  • L’endroit a servi pendant près de 70 ans avant que la population locale de baleines ne s’effondre.
     
  • Le lieu historique national de Red Bay a été établi en 1979 et ouvre ses portes aux visiteurs chaque année de juin à septembre.
     
  • Le centre d’information aux visiteurs abrite une chalupa basque restaurée – une petite embarcation alors utilisée pour harponner les baleines. Extraite des eaux du port, il s’agit de la plus ancienne baleinière connue en Amérique du Nord.
     
  • À moins de 70 kilomètres vers l’est, de l’autre côté du détroit de Belle Isle, se trouve un autre site du patrimoine mondial de l’UNESCO, un établissement viking datant du 11e siècle : L’Anse aux Meadows.
     

 
Parc provincial Dinosaur

 
Le Parc provincial Dinosaur, où a été découvert le gisement le plus riche en ossements de dinosaures dans le monde, a été désigné site du patrimoine mondial de l’UNESCO – le tout premier en Alberta – le 26 octobre 1979. D’une superficie de près de 75 kilomètres carrés, ce site est reconnu pour son nombre et sa variété inégalés de fossiles de dinosaures âgés de 75 millions d’années, mais aussi pour son paysage quasi irréel formé des badlands qui longent la rivière Red Deer sur 24 kilomètres.


 
Du changement radical de climat depuis l’ère des dinosaures à la manière dont vous pourriez contribuer à une découverte possible, voici ce que vous devez savoir au sujet de ce site unique du patrimoine mondial canadien.
 

  • Jusqu’à présent, plus de 350 importants spécimens de fossiles de dinosaures ont été mis au jour, dont plus de 150 squelettes complets.
     
  • Plus de 44 espèces représentant tous les groupes connus de dinosaures du Crétacé ont été découverts, de même que d’importants fossiles d’organismes végétaux et animaux.
     
  • Il y a 75 millions d’années, cette région se caractérisait par un climat subtropical, similaire à celui du nord de la Floride, et une plaine côtière de faible élévation aux abords d’une mer peu profonde.
     
  • Le sable et la boue en ont fait l’endroit idéal pour préserver des organismes morts depuis des millions d’années. Les couches sédimentaires subséquentes, la pression et le manque d’oxygène ont produit des fossiles exceptionnels.
     
  • En plus de former les badlands il y a 13 000 ans, la glace de glacier et l’eau de fonte de la dernière période glaciaire ont exposé les fossiles mondialement connus.
     
  • Le parc a été créé par la province en 1955 dans le but de protéger les dépôts fossilifères. Par un heureux hasard, le tout premier gardien du parc, Roy Fowler, était un amateur de chasse aux fossiles.
     
  • De mai à octobre, le parc offre à ceux qui souhaitent tenter leur chance la possibilité de participer à des fouilles archéologiques.
     
  • Plus de 30 grands musées dans le monde exposent des fossiles de dinosaures provenant de ce site. La plus grande collection se trouve à Drumheller, en Alberta même, au musée de paléontologie Royal Tyrrell.
     

 
Arrondissement historique du Vieux-Québec

 
En décembre 1985, l’arrondissement historique du Vieux-Québec est devenu le neuvième site du patrimoine mondial de l’UNESCO au Canada, après avoir été qualifié d’« exemple exceptionnel de ville coloniale fortifiée ». En plus de son caractère ancien et remarquablement bien préservé, ce site muré croisé de rues pavées est reconnu comme étant la seule ville fortifiée au nord du Mexique où les remparts tiennent encore.


 
Que ce soit pour l’origine de son nom ou pour sa structure architecturale la plus photographiée, voici ce que vous devez savoir au sujet de ce remarquable site du patrimoine mondial de l’UNESCO :

 

  • Le Vieux-Québec est divisé en deux parties : la Haute-Ville, site de remparts fortifiés et de la Citadelle au sommet de la falaise, et la Basse-Ville au pied du cap Diamant, au bord du fleuve.
     
  • Ce district compte près de 1 400 immeubles historiques qui s’étendent sur 1,35 kilomètre carré – une surface de la taille de 165 terrains de football de la LCF.
     
  • La première colonie de 28 personnes a été édifiée de façon permanente en 1608 par Samuel de Champlain après l’installation d’un poste de traite au même endroit. (Le tout premier Européen à y fouler le sol – Jacques Cartier – est arrivé pour la première fois en 1535.)
     
  • Avant d’être inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, l’arrondissement historique du Vieux-Québec a été désigné site patrimonial par l’Assemblée législative du Québec en 1963 et est légalement protégé par la Loi sur les biens culturels de la province.
     
  • Le nom Québec tire son origine d’un mot algonquin qui signifie : « passage étroit », utilisé pour décrire l’étroitesse du fleuve Saint-Laurent près du site.
     
  • Les fortifications bien préservées de Québec – site national historique –, construites entre 1608 et 1871, ont permis de défier avec succès des forces américaines en 1775-1776.
     
  • Certains décrivent le Vieux-Québec comme étant le « Gibraltar de l’Amérique du Nord » en raison de sa géographie spectaculaire et de ses murs fortifiés.
     
  • Le Château Frontenac, l’un des joyaux les mieux connus du patrimoine architectural du Vieux-Québec, a été inauguré par le Canadien Pacifique en 1893 et est considéré comme étant l’un des hôtels les plus photographiés dans le monde.

 
 
L’Anse aux Meadows

 
Établissement viking datant de plus de mille ans et situé à la pointe nord de l’île de Terre-Neuve, L’Anse aux Meadows est devenu l’un des deux premiers sites du patrimoine mondial de l’UNESCO au Canada en septembre 1978. Le site témoigne de la toute première présence européenne connue sur le continent américain.


 
De l’origine de son nom à la manière originale dont on peut l’explorer sur la carte Google, voici ce que vous devez savoir au sujet de ce site – le premier de la côte est du Canada à avoir été inscrit au patrimoine mondial :

 

  • L’importance historique de L’Anse aux Meadows a été établie en 1960, lorsqu’un couple norvégien, Helge et Anne Stine Ingstad, a documenté pour la première fois les ruines envahies par la végétation d’un établissement du 11e siècle abandonné par les Vikings.
     
  • Les huit édifices en pans de bois et mottes de tourbe mis au jour entre 1961 et 1968 par Anne Stine Ingstad sont similaires à ceux trouvés dans les campements scandinaves au Groenland et en Islande et datant de la même période.
     
  • On a pu déterminer qu’entre 60 et 90 personnes habitaient L’Anse aux Meadows 500 ans avant l’arrivée de Christophe Colomb en Amérique. Le site abrite les vestiges d’ateliers de menuiserie et de ferronerie, où du fer a été fondu pour la première fois au Nouveau Monde.
     
  • Le nom de L’Anse aux Meadows serait apparemment une version anglicisée d’Anse à la Médée, Médée’s Cove en anglais; mais selon une autre théorie, il viendrait de L’Anse aux Méduses, Jellyfish Cove en anglais, et aurait été rendu en anglais par « Meadows » (qui signifie « prairies ») à cause du paysage.
     
  • Ce patrimoine archéologique a été désigné lieu historique national par Parcs Canada en 1975. Longeant la côte, le site de 80 kilomètres carrés s’étend en ruines, en forêts, en marais et en îles.
     
  • Cet endroit est l’un des premiers que Parcs Canada a choisi de documenter à l’aide de Google Trekker en 2013, donnant ainsi aux Canadiens et au monde entier la chance d’explorer le site à l’aide de son outil interactif en ligne d’imagerie Street View.
     

 
Mistaken Point, à Terre-Neuve-et-Labrador

 
Le 17 juillet 2016, Mistaken Point, à Terre-Neuve-et-Labrador, est devenu le 18e site du patrimoine mondial de l’UNESCO au Canada, grâce à ses fossiles uniques – et le cinquième à recevoir cette désignation essentiellement en raison de sa géologie. Ce site fossilifère est situé à l’extrémité sud-est de l’île et se compose d’une bande étroite de 17 km de long, formée de falaises côtières accidentées.

 
Que ce soit le rapport de Mistaken Point avec les astrobiologistes de la NASA ou le climat brumeux et imprévisible de l’endroit, voici ce que vous devez savoir au sujet du plus récent site du patrimoine mondial au Canada :

 

  • Mistaken Point est l’un des rares sites fossilifères dans le monde où l’on trouve les premières grandes formes de vie de notre planète, lesquelles sont des créatures étranges à corps mou, dont la grandeur varie de quelques millimètres à un mètre et qui n’ont ni yeux ni pattes.
     
  • Ces sites riches en fossiles existent depuis 560 à 580 millions d’années, et prennent forme pendant l’ère édiacarienne, où a lieu la transition entre les microbes et les formes de vie plus grandes.
     
  • Les nouvelles formes de vie se manifestent après trois milliards d’années d’évolution dominées par des micro-organismes.
     
  • Les astrobiologistes de la NASA étudient le site afin de mieux comprendre quelles formes de vie peuvent exister sur d’autres planètes.
     
  • Mistaken Point est baptisée ainsi par des marins qui, en raison du temps souvent brumeux, confondent parfois l’endroit avec le cap Race – erreur qui peut être fatale car l’étendue est piégée de roches dangereuses.
     
  • Les habitants des communautés côtières ont accueilli l’annonce de l’UNESCO en donnant des coups de klaxon et en relâchant des ballons.
     
  • C’est en 1967 que Shiva Misra, diplômé de l’Université Memorial, explore le site et révèle l’importance de ses caractéristiques géologiques.

 
Pour acheter l’un des timbres consacrés aux sites du patrimoine mondial de l’UNESCO, visitez tout bureau de poste au Canada ou notre boutique en ligne.

 

Vous voulez lire d’autres articles de Postes Canada?

Inscrivez-vous pour recevoir des mises à jour