Respect, honneur et commémoration au lancement du timbre sur les paramédics

Un hommage aux paramédics riche en émotions

 
L’émotion se lisait sur les visages lorsque la salle entière s’est levée à l’unisson pour observer une minute de silence, les yeux fermés et la tête baissée.
 
Un dévoilement pas comme les autres. Ce timbre a été créé en l’honneur des paramédics, et il est le premier de l’émission de cinq timbres sur les intervenants d’urgence qui rend hommage aux membres des Forces armées canadiennes, aux pompiers, aux paramédics, aux policiers et aux experts en recherche et sauvetage, ces êtres courageux qui aident et protègent les Canadiens dans les situations d’urgence.
 
Et pas dans n’importe quelle ville. Fredericton, tout juste un mois après la fusillade qui a emporté les agents de police Robb Costello et Sara Burns.
 
Tout le monde au Bureau régional et centre de flotte d’Ambulance Nouveau-Brunswick à Fredericton s’est levé pour rendre hommage à ces agents de police de Fredericton tués en service. Une réalité douloureuse qui nous rappelle que les intervenants d’urgence risquent leur vie, et la perdent parfois, au service de leurs compatriotes.
 
Peu après, devant des retrouvailles inattendues et un élan de gratitude, l’assemblée s’est rappelé que les intervenants d’urgence sauvent aussi des vies.

Tout a commencé lorsque George Woodworth s’est déplacé à l’avant de la salle dans son fauteuil roulant. Deuxième silence.
 
Il s’agit du vice-président de Capacité Nouveau-Brunswick, un organisme à but non lucratif qui a comme mandat d’améliorer la vie des personnes à mobilité réduite de la province. Il a décrit l’accident de chasse qui l’a paralysé il y a onze ans, des pieds au thorax.
 
Les paramédics l’ont trouvé – brisé, confus et belliqueux, sous un arbre au bout d’un champ de maïs boueux. Ils lui ont sauvé la vie, a-t-il dit.
 
« Vous faites tout votre possible, même si vous ne savez pas si ça en vaut la peine, a-t-il ajouté. Croyez-moi, ça en vaut la peine. »
 
Depuis ce jour, il n’a jamais eu la chance de remercier ceux qui l’ont sauvé; il ne savait pas leurs noms. Après l’avoir entendu, les paramédics du Centre de flotte ont pris leurs téléphones et se sont mis à faire des appels. En quelques minutes, ils avaient les noms des sauveurs de M. Woodworth. Ils se sont réunis autour de lui.
 
« Vous les avez trouvés! Vous les avez trouvés! », a dit M. Woodworth avant qu’un paramédic lui tende le téléphone près de l’oreille.
 
Il a enfin pu leur dire merci.
 
La gratitude était l’un des thèmes du dévoilement.

Le maire de la ville, le député, des représentants de l’Association des paramédics du Canada, d’Ambulance Nouveau-Brunswick et de l’Association des paramédics du Nouveau-Brunswick ont exprimé leur gratitude pour la reconnaissance que le timbre accorde à la profession. Le pli Premier Jour officiel (PPJO) de ce timbre porte l’oblitération de Fredericton, au Nouveau-Brunswick, en l’honneur de la province qui a lancé le programme de travailleurs paramédicaux en soins avancés.
 
Dave Myles, paramédic et auteur-compositeur-interprète de Saint John, a pris la route jusqu’au lieu du dévoilement pour chanter Bring Me Back. « Bring me back, I don’t want to leave if there’s a tomorrow. Bring me back, I’m not ready to go. Bring me back… ». Il a écrit cette chanson il y a quatre ans en l’honneur de son compagnon de travail, qui souffrait du trouble de stress post-traumatique (TSPT) et s’est suicidé.
 
Les larmes ont coulé, tant pour ce travail exceptionnel que pour ceux qui ont péri ou dont la vie a basculé à tout jamais.
 
Mais les sourires aussi étaient de la partie, pour cette réunion tant attendue, et pour la chance d’entendre et d’exprimer des remerciements chaleureux.
 

Les cinq timbres de la série sont en vente dans les bureaux de poste partout au pays et à postescanada.ca.