Pleins feux sur le Mois de la petite entreprise

MATH Sport veut changer la façon dont les consommateurs achètent des chaussures de course en leur offrant des espadrilles faites sur mesure

Les entrepreneurs sont au cœur de la collectivité des petites entreprises du Canada. Tous les ans, les Prix de Postes Canada pour l’innovation en cybercommerce reconnaissent justement ces preneurs de risques en remettant à l’un deux le prix de la Jeune entreprise la plus prometteuse. Cette année, les juges ont remis ce prix à MATH Sport, une entreprise de Québec qui fabrique des chaussures de course, et à son président fondateur, Mathieu Raymond.


Dans son discours d’acceptation pour le prix de la Jeune entreprise la plus prometteuse, le fondateur de MATH Sport, Mathieu Raymond, nous donne un aperçu de la façon dont il prévoit agrandir son entreprise.


MATH Sport n’est pas un détaillant de chaussures ordinaire. M. Raymond, ancien champion d’athlétisme, a lancé une compagnie de chaussures faites sur commande et sur mesure – un rêve qu’il caressait depuis ses études en administration à l’Université Laval en 2012.

L’entreprise utilise un scanner 3D pour produire une empreinte des pieds de chaque client et sauvegarde ces mesures dans sa base de données. Le client peut ensuite visiter le site Web, en tout temps, pour choisir le style et la couleur des lacets, de l’empeigne et des semelles intercalaire et extérieure. Les chaussures sur mesure et personnalisées sont assemblées à Montréal, et finissent par coûter moins cher que celles des concurrents des grandes marques vendues en magasin.


Dans l’entrevue suivant la remise des prix, M. Raymond parle de la façon dont son prix peut l’aider à faire face à ses plus grands concurrents, et donne des conseils aux futurs entrepreneurs du Canada.


Postes Canada a discuté avec M. Raymond afin d’en apprendre un peu plus sur l’homme qui a lancé cette entreprise, et ce que l’avenir réserve à MATH Sport.


Q : Que signifie le nom de votre entreprise : MATH Sport?

R : Nos chaussures de course sont faites sur mesure, ce qui signifie que nous avons recours aux mathématiques pour calculer la taille de la chaussure qui sied parfaitement à chaque personne. Et aussi, parce que mon nom est Mathieu.


Q : Votre père était mécanicien et votre mère était éducatrice spécialisée, alors qui vous a transmis l’esprit entrepreneurial?

R : Je l’ai acquis par moi-même. J’ai toujours eu l’esprit entrepreneurial. J’ai négocié mon premier contrat à l’âge de 10 ans, avec mon père, quand il m’a demandé si je voulais tondre le gazon. Je lui ai facturé un grand total de 2,50 $ pour la cour avant et la cour arrière. L’année suivante, il m’a demandé si je souhaitais encore tondre le gazon, et j’ai répondu oui. Il m’a dit : « Donne-moi ton prix ». Je lui ai donc proposé 2 $. Comme il ne comprenait pas pourquoi, je lui ai répondu 2 $ pour la cour avant et 2 $ pour la cour arrière.


Q : Y a-t-il un dirigeant d’entreprise que vous admirez, quelqu’un dont votre carrière s’inspire?

R : Ce n’est pas mon genre d’admirer quelqu’un et de vouloir faire pareil. Je veux être différent des autres. C’est comme ça que je vais réussir.


Q : L’industrie de la chaussure de course est très concurrentielle et plusieurs entreprises de très grande envergure la dominent. Comment votre entreprise réussira-t-elle?

R : Ce que nous faisons c’est prendre soin de chaque client. Nous veillons à ce que les chaussures qu’ils portent conviennent à ce qu’ils font en tant que coureur. Nous voulons qu’ils soient bien dedans – et avec des semelles faites sur mesure, la course promet d’être longue et facile.


Q : Quels sont vos acheteurs cible?

R : Notre acheteur cible n’est pas vraiment le coureur technique qui a la même paire de chaussures depuis 20 ans. Nous ciblons davantage ceux qui pratiquent la course de loisir – ceux qui vont s’entraîner deux ou trois fois par semaine. C’est déjà difficile de se lever et d’aller s’entraîner; mais c’est un peu plus motivant lorsque nos chaussures sont vraiment confortables.


Q : Vous étiez champion d’athlétisme au secondaire et à l’université. Courez-vous encore?

R : Je cours pour garder la forme. Je ne serais pas un très bon ambassadeur de ma propre marque si j’étais un peu bedonnant! Alors j’essaie de courir trois ou quatre fois par semaine, mais c’est difficile en ce moment parce que l’entreprise nous tient tous très occupés.


Q : Quand vous allez courir, quel est votre style? Que préférez-vous, les chemins de campagne ou les rues de la ville?

R : J’aime l’entraînement par intervalles sur une route ou sur une piste. C’est ce que j’ai toujours aimé de l’athlétisme : découvrir les limites de notre corps et combien de fois on peut les repousser.


Q : Que réserve l’avenir à MATH Sport?

R : Le secteur des chaussures de course sur mesure de notre entreprise prend de l’expansion, mais on nous a demandé de créer des vêtements aussi. Nous voulons faire des t-shirts personnalisés où vous pourrez choisir entre les tailles petit, moyen, grand ou très grand au niveau des épaules, ainsi que la taille du corps dans l’une des deux tailles offertes. Quand vous le recevrez, vous saurez qu’il est adapté à vos épaules et à votre taille. De cette façon, les hommes grands et minces pourront enfin obtenir un t-shirt parfait qui cache leur ventre, alors que les hommes de taille plus petite pourront porter un t-shirt qui ne ressemble pas à une robe.




Un article exclusif sur MATH Sport sera inclus dans le prochain numéro de l’automne 2016 du magazine Du monde en ligne jusqu’à vous de Postes Canada, lequel contient des idées, des conseils et les tendances pour les détaillants de l’ensemble du Canada.



Vous voulez lire d’autres articles de Postes Canada?

Inscrivez-vous pour recevoir des mises à jour