Trois indicateurs de performance à surveiller quand on vend en ligne

Publié le 22 mars 2018 par Postes Canada dans Solutions d'expédition

David Nagy est un entrepreneur et un spécialiste du marketing en ligne qui a lancé de nombreux sites de vente en ligne prospères, dont eCommerce Canada, EcoDiva Beauty et LiveOutThere.com. Il a mis au point des solutions pour des marques comme Virgin Mobile, GM et HBO.

Se lancer dans la vente en ligne est assez simple, mais avoir du succès est une tout autre affaire. Surtout parce qu’il faut souvent bien du temps avant d’être rentable. Le géant de la vente en ligne Amazon en sait quelque chose : il lui a fallu neuf ans pour l’être. Et Elon Musk a dû attendre toute une décennie pour que Tesla Motors boucle un trimestre profitable.

Peu de gens ont accès aux fonds et aux patients investisseurs du fondateur d’Amazon Jeff Bezos ou d’Elon Musk. Les entrepreneurs ont besoin de savoir que leurs entreprises vont devenir rentables rapidement. Ils ont aussi besoin de données fiables pour savoir combien ils peuvent investir dans la croissance de leur commerce.

On entend souvent qu’il faut dépenser de l’argent pour faire de l’argent, mais il faut avant tout savoir COMBIEN on peut dépenser.

C’est pourquoi dès le début, je surveille de près trois indicateurs clés de performance

  1. Les économies unitaires mesurent combien coûtent les produits, le prix qu’ils doivent être vendus et le profit brut.
  2. Le coût d’acquisition par client indique ce qu’il en coûte d’acquérir un client par l’entremise de canaux publicitaires, de salons professionnels et même du développement de produits.
  3. La valeur à vie d’un client est le revenu généré par un client pendant le temps qu’il fait affaire avec une entreprise.

LISEZ LA PREMIÈRE PARTIE : Trois indicateurs de performance à surveiller quand on vend en ligne

Voici comment je surveille et calcule ces trois indicateurs de performance. C’est un petit effort à faire, mais il rapporte beaucoup.

No 1 : Comment calculer les économies unitaires d’un commerce en ligne

Les entrepreneurs sont généralement de grands optimistes. Certains pensent donc qu’il suffit d’acheter à une marge de 50 % pour ensuite ne tenir compte que du profit. Mais ça ne fonctionne pas comme ça. Il faut considérer les autres frais importants comme les frais de cartes de crédit, les retours et les coûts d’expédition. Tout ça s’additionne vite!

Ça m’est justement arrivé récemment avec ma boutique en ligne EcoDiva Beauty (en anglais seulement). Les petits frais, comme ceux pour les plateformes et les applis de paiement, ont grugé mes profits. Par exemple, j’ai versé 1 100 $ par mois à un coordonnateur marketing. Mais quand j’ai examiné de plus près mes économies unitaires, j’ai vu que je devais gagner 10 $ pour chaque dollar dépensé. Ma campagne de marketing devait donc générer 11 000 $ de plus par mois avant même que cet investissement me rapporte.

Pour une entreprise qui prend rapidement de l’expansion, c’est encore plus facile de ne pas voir un éventuel problème de rentabilité, car l’argent qui rentre peut cacher le fait que ses dépenses l’empêchent d’engranger des profits.

Calculer le profit brut par article
À l’achat 1 boîte à 144 $,  12 bouteilles à 12 $ chacune. À la vente 12 $ de profit brut par bouteille, 24 $ la bouteille, 50 %Profit brut par bouteille

Dans cet exemple de Nature ShineShampoo, les coûts directs (aussi appelés frais variables) associés à la vente de chaque bouteille sont soustraits du profit brut de 12 $. Ces coûts peuvent entre autres comprendre :

  • les coûts de marketing pour l’acquisition du client;
  • les frais bancaires liés au paiement du client;
  • les fournitures d’emballage;
  • les coûts d’expédition;
  • les coûts de main-d’œuvre pour le traitement de la commande.

Une fois ces coûts soustraits, il pourrait bien ne plus rester grand-chose du profit de 12 $ par bouteille. Ou pire encore, traiter la commande pourrait finir par coûter quelque chose!

icône de conseil Les retours font partie de la réalité, surtout celle des commerçants en ligne, qui bien souvent les oublient. Pour savoir à combien s’élèvent les revenus de vente, on doit calculer le revenu net : les ventes, moins les retours, sur une période donnée.

À LIRE ÉGALEMENT : Les trois facteurs garants d’une politique de retour stratégique

On peut avoir une idée claire des économies unitaires en créant des modèles de feuille de calcul et en les tenant à jour. Mais pas de panique! En ne suivant que ses 10 produits les plus populaires, il est possible d’avoir une longueur d’avance sur la plupart de ses concurrents. Et pas besoin de réinventer la roue : d’autres l’ont déjà fait avant, alors pourquoi ne pas s’inspirer d’eux?

Une fois qu’on sait quels produits sont les plus rentables et qu’on a un bon aperçu des chiffres, il est parfois nécessaire de laisser tomber certains de ces meilleurs vendeurs. Avec le temps, j’ai appris que ce n’est pas parce qu’un produit est populaire qu’il permet d’être rentable au bout du compte.

No 2 : Coût d’acquisition par client

Savoir combien il en coûte pour acquérir un client est important, car si ce montant dépasse constamment celui du revenu net, ce n’est pas bon signe.

Il existe de nombreuses façons de calculer le coût d’acquisition, mais j’aime garder les choses simples.

Coût d’acquisition par client. Période de temps donnée = 3 mois. Coûts de marketing / Nombre de nouveaux clients = Coût d’acquisition par client

Il peut arriver que certains clients n’achètent que quelques mois après le lancement d’une campagne publicitaire, mais il n’y a pas lieu de s’inquiéter. C’est une exception, pas la norme.

icône de conseil Mon meilleur conseil pour réduire le coût d’acquisition par client? Être une bonne entreprise en se démarquant. Quand on sait ce qui nous différencie de la concurrence et qui s’intéresse à notre offre, on peut cibler efficacement ce public cible pour valoriser nos dollars d’acquisition. Autrement, on ne peut se démarquer que par nos prix, ce qui peut finir par coûter cher.

No 3 : Valeur à vie d’un client

Quand on sait combien génère un client moyen durant son cycle de vie, on sait combien d’argent on peut investir dans le marketing d’acquisition et quand on doit l’investir.

Il faut calculer la valeur à vie du client en mesurant le revenu net (marge sur coûts directs par client), pas le revenu. On s’assure ainsi que les dollars d’acquisition produisent un bon RCI.

icône de conseilLa période de temps visée quand on calcule la valeur à vie d’un client doit refléter la fréquence d’achat du type de produits vendus. Par exemple, les gens font l’épicerie chaque semaine, mais ils n’achètent une voiture que tous les six ans environ.

L’une des meilleures façons de comprendre la valeur à vie d’un client est de tracer une courbe. D’abord, il faut choisir une période de temps, qui commence par le premier mois durant lequel un groupe de clients a commencé à faire des achats. Il faut ensuite déterminer le revenu net total de ces consommateurs pendant cette période. Prenons par exemple une année complète, à partir de janvier :

Courbe de valeur à vie d’un client. Période de temps / Nombre de clients dans le groupe = Valeur à vie du client. Groupe de clients qui font des achats chez un détaillant donné depuis 12 mois.

La plupart des commerces en ligne voient leur courbe grimper rapidement dans les premiers mois après l’acquisition d’un client, puis diminuer. Et c’est normal. Il est rare que les clients restent toujours fidèles au même détaillant. Ça ne veut pas dire qu’il faut investir continuellement dans la fidélisation ET l’acquisition des clients.

Le coût d’acquisition par client et la valeur à vie du client sont des renseignements précieux. Combinés, ils peuvent aider les commerçants à prendre des décisions éclairées sur l’argent qu’ils investissent dans leur croissance.

Prendre des décisions éclairées sur l’argent. Le groupe de clients de janvier est finalement devenu rentable en décembre et il le deviendra encore plus au cours des prochaines années.

J’espère qu’après avoir lu mes articles, vous comprendrez mieux en quoi consistent les six indicateurs clés de performance et comment les suivre pour avoir une bonne longueur d’avance sur la plupart des petites entreprises de vente en ligne. Mon expérience m’a appris que les entrepreneurs qui suivent ces chiffres et les utilisent pour prendre des décisions d’affaires ont beaucoup plus de chances de prospérer. (Lisez la première partie : Trois indicateurs de performance à surveiller quand on vend en ligne)

Restez à l’affût! Recevez des conseils de vente en ligne et les dernières nouvelles du commerce électronique directement dans votre boîte de réception.

S’inscrire

Des solutions qui favorisent le succès

Découvrez notre gamme de solutions intégrées qui vous aideront à accroître votre efficacité opérationnelle et la satisfaction des clients.

Parler à un expert

Archive

Contactez-nous

Contactez-nous au sujet des solutions de cybercommerce de Postes Canada qui convient à votre entreprise.

Contactez-nous

Ou appelez :

1 (866) 282-7173

Lun – ven (9h à 17h HNE)

Programme pour développeurs

Intégrez nos services Web directement à votre plate-forme de cybercommerce, votre site Web ou à vos applications personnalisées à l'aide de nos interfaces de programmation d'applications.

S'inscrire gratuitement