Le Collège Frontière, 1899-1999

Publié le 24 sept. 1999 par CPO dans Timbres les plus récents

Fondé en 1899, le Collège Frontière, connu alors sous le nom de Canadian Reading Camp Movement, a contribué à l'alphabétisation de milliers de travailleurs dans les camps forestiers, miniers et ferroviaires des régions sauvages du Canada. De nos jours, bien que le Collège poursuive son œuvre auprès des travailleurs agricoles itinérants, il constitue une force de premier ordre dans l'alphabétisation des milieux urbains.

Postes Canada, qui elle aussi appuie les efforts d'alphabétisation au pays, souligne le centenaire de cette institution historique en lui consacrant une figurine au tarif du régime intérieur. Conçu par Q30 Design Inc., de Toronto, sous la direction artistique de Peter Scott et de Glenda Rissman, le timbre sera offert en feuillet de 16 et, comme toujours, sur un pli Premier Jour officiel.

Une université en salopette

Le Collège Frontière a été fondé par un pasteur presbytérien, Alfred Fitzpatrick. Cet ecclésiastique a choisi de mettre l'éducation à la portée des adultes qui se trouvaient dans les régions éloignées du pays. Des enseignants, diplômés d'université, apprenaient à lire aux adultes dans des tentes, au moyen de journaux et de magazines.

En 1903, le Collège, qui comptait alors 24 salles de lecture, décida d'amplifier son rôle dans l'instruction des adultes. Angus Gray, instituteur, lassé d'attendre les hommes jusqu'après leur journée de travail, décida de se joindre à eux. Ainsi fut lancé le concept de l'ouvrier-enseignant.

À la veille de la Première Guerre mondiale, 79 instructeurs étaient déjà à l'œuvre dans huit provinces. En 1919, la Reading Camp Association prit le nom de Collège Frontière et, en 1922, Fitzpatrick obtint le droit de décerner des diplômes dans son « université en salopette ». Cette pratique fut toutefois abandonnée après que Fitzpatrick eut pris sa retraite, en 1933. Celui-ci mourut trois ans plus tard.

Les camps de secours pour les victimes de la Crise et l'arrivée massive d'immigrants à la fin de la Seconde Guerre mondiale créèrent un climat propice aux activités du Collège. Le travail sur les routes, dans les mines et les forêts du Nord ramenèrent l'institution à son rôle traditionnel.

Moustiques par milliers et piètre nourriture

« Je peux vous offrir un travail ardu, un maigre salaire, des moustiques, de la poussière, une nourriture de piètre qualité et, surtout, la chance d'aider vos semblables », avait coutume de dire le deuxième dirigeant du Collège, le révérend Edmund Bradwin. Aussi plusieurs jeunes universitaires répondirent-ils à son appel, parmi lesquels figuraient les docteurs Norman Bethune, Benjamin Spock et Margaret Strang, James Mutchmor, modérateur de l'Église unie, et Roy McMurtry, juge en chef de l'Ontario.

De nos jours, grâce à l'aide financière du gouvernement, d'organismes fédéraux, de fondations, de sociétés et de particuliers, le Collège Frontière poursuit sa campagne d'alphabétisation à la base, dans les régions urbaines et rurales du pays.

La qualité d'abord

Le directeur artistique, Peter Scott, explique certaines des considérations artistiques dont il fallut tenir compte lors de la conception du timbre. « La lettre "A" qui forme la charrue est un bon exemple. Comme la plupart de gens ne jettent qu'un bref coup d'œil aux timbres, le motif doit être frappant, mais il doit aussi réunir tous les éléments liés au sujet, et ce, dans un espace fort restreint. »

Données techniques

  • Valeur: 1 x 46¢
  • Conception: Q30 Design Inc.
  • Format: 40 mm x 30 mm (horizontal)
  • Gomme: A.P.V.
  • Illustration: Alain Massicotte
  • Dentelure: 13+
  • Impression: Canadian Bank Note
  • Procédé d'impression: Lithographie (cinq couleurs)
  • Marquage: Procédé général, sur les quatre cìtés
  • Tirage: 6 000 000
  • : Tullis Russell Coatings
Magasiner
Magasiner

Catégories

Archive