La Légion royale canadienne, 1926 - 2001

Publié le 11 nov. 2001 par CPO dans Timbres les plus récents
LA PAIX EN HÉRITAGE
À la fin de la Première Guerre mondiale, appelée aussi la « Grande Guerre », quelque 560 000 soldats canadiens sont revenus au pays pour se retrouver avec peu, sinon pas de ressources, de compétences professionnelles ou de perspectives d'emploi. En 1917, la Great War Veterans Association of Canada fut créée dans le but d'aider ces soldats à réintégrer la vie civile. L'association, et de nombreuses autres fondées à cette époque, ne possédaient pas les moyens nécessaires pour négocier avec le gouvernement et ainsi susciter de réels changements. En 1926, elles se sont unies pour former la Légion canadienne de la Ligue des anciens combattants de l'Empire britannique, organisme qui pouvait enfin obtenir la création de services répondant aux besoins financiers et médicaux des anciens combattants tout en favorisant chez eux l'esprit de camaraderie.

FRÈRES D'ARMES
À la fin de 1926, la Légion canadienne comptait 20 000 membres, répartis dans 800 sections locales installées dans tout le Canada; il y en avait également une à Spokane, dans l'État de Washington. De par le nombre de ses membres, elle était désormais en mesure de faire pression auprès du gouvernement pour qu'il améliore leurs conditions de vie. Elle est devenue, l'années suivante, le seul organisme à distribuer les coquelicots pour rappeler le jour de l'Armistice. Pendant la crise des années 1930, la Légion a également joué un rôle important auprès des anciens combattants en les aidant à se trouver un emploi, en leur offrant un programme de réadaptation et en faisant améliorer leur régime de retraite. En 1936, le roi Édouard VIII dévoila le Monument commémoratif du Canada, à Vimy. Quelque 6000 anciens combattants et leurs familles entreprirent ce qu'on a surnommé « le pèlerinage à Vimy » pour assister à la cérémonie.

UN DÉVOUEMENT EXCEPTIONNEL
En 1939, le Canada se retrouva de nouveau en guerre. La Légion fournit alors au personnel militaire des services et du matériel divers : cantines, divertissements, occasions de formation, livres et magazines. À la fin du conflit, elle a veillé à ce que soient mis en place des programmes complets de formation et de relogement ainsi qu'un régime de pension à l'intention des anciens combattants. Devenue la Légion royale canadienne en 1960, l'association continue de veiller au bien-être des anciens soldats et militaires en plus de perpétuer la mémoire des disparus. Son travail auprès des vétérans et des communautés suscite toujours le respect chez tous ceux et celles qui, aujourd'hui, vivent en paix.

Le timbre et son concepteur
Neville Smith, d'Aylmer, au Québec, a reçu de nombreux prix pour ses réalisations artistiques. Le motif de ce timbre est empreint d'une touche très personnelle puisque son père était non seulement un soldat de carrière, mais aussi un membre de la Légion. Le graphiste s'est rappelé les moments où ce dernier lui contait ses souvenirs; aussi, pour illustrer la vignette, a-t-il choisi les personnages du Monument commémoratif de guerre du Canada et l'emblème de la Légion royale canadienne. « Je pense que mon père aurait aimé le motif de ce timbre », de déclarer Neville Smith.

Données techniques

  • Valeur: 1 x 47¢
  • Conception: Neville Smith
  • Format: 56 mm x 26 mm (horizontal)
  • Gomme: A.P.V.
  • Papier: Tullis Russell Coatings
  • Dentelure: 13+
  • Impression: Canadian Bank Note
  • Procédé d'impression: Lithographie (7 couleurs)
  • Marquage: Procédé général, sur les 4 cìtés
  • Tirage: 3 000 000 de timbres
Magasiner
Magasiner

Catégories

Archive