Espèces en voie de disparition

Publié le 01 oct. 2008 par CPO dans Timbres les plus récents

Un oiseau de mer effectue une rapide descente en piqué et voltige au-dessus des eaux côtières. Un éclair jaune illumine les douces teintes d'un terrain marécageux. Il ne s'agit là que d'un bref aperçu de l'éclatante diversité des créatures qui nous entourent. En raison des activités humaines comme le développement, la déforestation et la pollution, la superficie des habitats fauniques diminue à un rythme alarmant. Selon le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC), plus de 500 espèces de plantes et d'animaux sont actuellement en danger chez nous. Si nous ne faisons rien pour remédier à cette désastreuse tendance, nous pouvons nous attendre à voir disparaître la majeure partie de la faune de notre pays.

En octobre, afin de sensibiliser la population aux espèces en voie de disparition, Postes Canada émettra le dernier jeu de timbres d'une série étalée sur trois ans illustrant les animaux canadiens en voie de disparition. En 2006, l'accent a porté sur les créatures terrestres, dont la salamandre tigrée, la couleuvre agile bleue, la martre de Terre-Neuve et le renard véloce. L'an dernier, l'émission mettait en vedette de mystérieuses espèces aquatiques du Canada, soit la tortue luth, l'esturgeon blanc, la baleine noire et la rainette grillon. Cette année, les yeux se tourneront vers le ciel pour admirer les créatures volantes.

Facilement repérable grâce au motif de ses ailes formant un échiquier noir et orange, le damier de Taylor (Ephydras editha taylori) orne le premier timbre. Championne de la voltige aérienne des zones côtières, la sterne de Dougall (Sterna dougallii) figure sur la deuxième vignette; elle excelle dans les plongeons. L'étrange chevêche des terriers (Athene cunicularia) occupe le devant de la scène sur la troisième figurine. Enfin, la paruline orangée (Protonotaria citrea) s'exécute dans une envolée colorée et tape-à-l'œil sur le dernier timbre.

Tout au long de la série, les concepteurs David Sacha et Karen Satok de chez Sputnik Design Partners, à Toronto, ont tenté d'opposer la beauté innée de chacune des espèces à la malheureuse réalité à laquelle elles sont confrontées. « Nous voulions insister sur l'importance vitale de protéger ces créatures et leurs habitats », explique David Sacha. Chaque timbre met en vedette un animal menacé dans une palette de couleurs riches et naturelles sur un fond doux et neutre. « Comme cette série porte sur les créatures volantes, nous avons rehaussé d'un fini bleu métallique le bloc-feuillet afin de donner une sensation aérienne », ajoute le concepteur.

Connu pour son extrême souci du détail, Doug Martin, l'illustrateur de la série, a travaillé sur des cartons à dessiner de 25 cm sur 30 cm avec de la peinture acrylique, utilisant des pinceaux à poils fins afin de bien saisir les subtilités de chaque espèce. Les illustrations situent les créatures au premier plan du timbre, pour en faire le centre d'intérêt. « L'idée générale consistait véritablement à mettre l'accent sur les espèces elles-mêmes », explique David Sacha. Elles se démarquent sur un fond présentant des images effacées, qui rappellent leur fragile existence et leurs habitats en dégradation. « L'arrière-plan montre d'ailleurs avec quelle facilité les choses peuvent changer. »

Pour Danielle Trottier, gestionnaire, Conception et production de timbres, à Postes Canada, l'émission du dernier volet de la série a constitué une expérience douce-amère. « J'ai adoré travailler sur ces espèces fascinantes au cours des trois dernières années. Bien que je sois triste de devoir tourner la page, je suis ravie de voir comment chacun des volets (créatures terrestres, créatures aquatiques et créatures volantes) a su créer une série et se compléter l'un avec l'autre. Cet éclairage sur les motifs rend véritablement justice à ces remarquables animaux et évoque parfaitement la menace de leur extinction. »

De fait, ce jeu constituera un sujet de collection très prisé et un outil d'enseignement agréable, tant à l'école qu'à la maison. Chacune de ces créatures nous rappelle notre place sur terre, la perte de leur habitat laissant prévoir la dégradation de notre cadre de vie. Comme l'environnementaliste David Suzuki l'a déjà dit : « Nous devons nous rappeler l'image de notre planète vue de l'espace : une seule entité dans laquelle l'air, l'eau et les continents sont interdépendants. Voilà notre habitat. »

Pour en apprendre davantage sur les espèces en voie de disparition et sur les mesures à prendre pour contribuer à les sauver, rendez-vous à l'adresse www.sararegistry.gc.ca ou www.naturecanada.ca/endangered.asp (en anglais seulement).

Des faits menaçants

Créatures volantes (2008)

  • Au cours du siècle dernier, le damier de Taylor se rencontrait dans au moins 23 sites en Colombie-Britannique, dont 10 dans la région du Grand Victoria, 1 sur la route de Mill Bay menant au lac Shawnigan et 3 dans l'île Hornby. Aujourd'hui, son aire de répartition se limite aux prés de chênes de Garry, la plupart de ces arbres ayant disparu dans cette région de la province.
  • La chevêche des terriers était une espèce commune dans les prairies et aux résidants britanno-colombiens jusqu'à ce que les pratiques modernes d'agriculture fassent leur apparition au milieu des années 1900. On estime qu'il reste moins de 1 000 couples dans les prairies maintenant.
  • La sterne de Dougall a connu une baisse importante de ses populations partout dans le monde; on croit qu'il reste moins de 140 couples au Canada.
  • La paruline orangée a vu son abondance diminuer de 80 % au cours des dix dernières années et sa population actuelle ne compte que de 28 à 34 oiseaux.

Créatures aquatiques (2007)

  • Depuis les 15 dernières années, la population de la tortue luth a chuté de plus de 70 % dans le monde entier.
  • La population de l'esturgeon blanc atteint la moitié du nombre d'individus d'il y a trois générations, et trois de ses six populations sont exposées à une disparition imminente.
  • La baleine noire de l'Atlantique Nord est actuellement estimée à environ 322 individus (220 à 240 adultes), un nombre qui continue à baisser en raison surtout des collisions avec les navires et de l'emmêlement dans les engins de pêche.
  • Si la rainette grillon existe encore aujourd'hui, elle se trouve exclusivement dans l'île Pelée.

Créatures terrestres (2006)

  • La population de la martre de Terre-Neuve oscille actuellement entre 300 et 600 individus adultes.
  • Il est presque certain que la couleuvre agile bleue a disparu de la partie continentale de l'Ontario ; on ne la trouve plus aujourd'hui que dans les deux-tiers de l'est de l'île Pelée.
  • Si le renard véloce a déjà complètement disparu du Canada, il a par la suite été réintroduit en petit nombre dans les prairies; la prédation par le coyote et la disparition de son habitat constituent toujours des risques.
  • La salamandre tigrée a été repérée, pour la dernière fois, dans le sud de l'Ontario en 1915 à la pointe Pelée.

Données techniques

  • Valeur: 4 x 52¢
  • Conception: Sputnik Design Partners Inc.
  • Illustration: Doug Martin (i2iart Inc.)
  • Papier: Tullis Russell
  • Impression: Lowe-Martin
  • Procédé d'impression: Lithographie en 9 couleurs
  • Marquage: Procédé général, sur les 4 cìtés
  • No de produit: 413715111
  • Présentation: Carnet de 8 timbres
  • Prix: 4,16$
  • Format: 50,5 mm x 27 mm (horizontal)
  • Gomme: sensible à la pression
  • Dentelure: découpage par effleurement
  • Tirage: 3 000 000
Magasiner
  • No de produit: 403715145
  • Présentation: Bloc-feuillet de 4 timbres
  • Prix: 2,08$
  • Format: 160 mm x 75 mm
  • Gomme: A.P.V.
  • Dentelure: 13+
  • Tirage: 200 000
Magasiner
  • No de produit: 413715126
  • Présentation: Pli Premier Jour officiel
  • Prix: 3,08$
  • Oblitération des PPJO: Moose Jaw (Saskatchewan)
  • Tirage: 23 000
Magasiner

Catégories

Archive